Retour

Sauvegarder les restaurants en milieu rural au Lac-Saint-Jean

La municipalité régionale de comté (MRC) Maria-Chapdelaine cherche une façon de maintenir les restaurants dans les villages et dans les secteurs ruraux et pour ce faire, elle lance une réflexion à ce sujet.

« C’est des milieux de rencontre, les restaurants. Ça fait office de perron d’église », affirme Carole Richer, conseillère en développement social de la MRC et initiatrice du projet.

C’est une des raisons pourquoi un laboratoire ouvert, qui est en fait une discussion entre propriétaires de ces restaurants, des gestionnaires, des spécialistes en marketing ainsi que des organismes publics, a été mis en place et cherchera pendant deux ans à trouver une façon de maintenir ces services qui vivent des moments difficiles.

« La rentabilité dans les restaurants, c’est un secret pour personne, ce n’est pas très rentable. Alors c’est encore pire dans les milieux ruraux », déplore Carole Richer, qui ajoute à ce problème celui du recrutement de la main d’œuvre, difficile dans ce secteur comme dans bien d’autres.

La réflexion va donc s’attaquer à plusieurs aspects de la question : les approvisionnements, coûteux dans les milieux éloignés des grands centres, la faible clientèle en dehors des périodes touristiques estivales et hivernales et bien sûr, le recrutement.

Il y a déjà des pistes de solution, comme l’achat regroupé, ou le partage des employés. On évalue aussi la possibilité que ces restaurants deviennent les fournisseurs de repas pour des établissements comme les résidences pour personnes âgées et les garderies.

Le travail d’analyse durera deux ans. Il bénéficie d’un budget de 70 000 $.