Retour

Sears Canada veut mettre fin à ses activités

En faillite, Sears Canada se tourne vers la Cour supérieure de l'Ontario pour obtenir l'autorisation d'amorcer sa liquidation et de mettre fin à ses activités, n'ayant pas trouvé un acheteur adéquat.

La Cour devrait se pencher sur la requête de liquidation, vendredi.

Dans un communiqué, Sears dit regretter « sincèrement cette issue prochaine, tout comme les emplois qui seront perdus et la fermeture des magasins. » Environ 13 000 employés seront licenciés.

Sears Canada veut « commencer les ventes de liquidation aux emplacements de détail au plus tôt le 19 octobre, et ces ventes devraient durer de 10 à 14 semaines », poursuit l'entreprise. L'objectif est de profiter de la période achalandée du temps des Fêtes.

La mort d'un géant

Le détaillant s'était placé sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers en juin. Son plan de restructuration prévoyait au départ la fermeture de 59 magasins et l'élimination de 2900 postes.

Mardi dernier, un groupe dirigé par le président de l'entreprise, Brandon Stranzl, avait présenté une offre d'achat pour tenter de relancer la chaîne. Mais des créanciers de Sears prônaient plutôt une liquidation rapide.

Pour Marie-Claude Frigon, associée, spécialisée en commerce de détail au cabinet Richter, c'est une « page d'histoire » qui se tourne avec cette faillite de l'une des plus grandes entreprises de vente au détail du pays.

En entrevue à RDI Économie, Mme Frigon estime ainsi que le départ de Sears Canada aura un impact important « sur les emplois, sur l'économie, mais aussi sur les locateurs des centres commerciaux et les fournisseurs ».

Fallait-il s'attendre à une telle fermeture? « La nouvelle n'est pas surprenante [...], c'est un grand bateau dont la trajectoire devait changer dans le monde du commerce de détail », poursuit l'experte. « Il fallait [que Sears] trouve ce qu'il représentait pour les consommateurs, et quand on est un grand magasin, c'est difficile de trouver sa valeur ajoutée. J'assume qu'en faisant les analyses, ils n'ont pas pu trouver un modèle d'affaires qui était viable à moyen terme. »

Aux yeux de Mme Frigon, le modèle d'affaires de Sears est l'artisan du malheur de l'entreprise. En plus d'une perte de clientèle, une tendance à la spécialisation des détaillants et les efforts plus importants consacrés à l'amélioration de l'expérience client n'ont pas permis à Sears de se repositionner avantageusement, indique-t-elle.

Il faut aussi comprendre, poursuit Mme Frigon, qu'en se plaçant sous la protection de la loi contre les créanciers, l'entreprise se devait de payer « la plupart de ses fournisseurs » en espèces sonnantes et trébuchantes. « Cela a transformé un problème de modèle d'affaires en problème de liquidités. »

« Ce qui est le plus surprenant dans l'annonce [de mardi], ce n'est pas tant l'annonce que le moment choisi pour la faire, puisqu'on s'approche de la période des Fêtes, qui est très importantes pour les détaillants. D'après ce que j'ai pu comprendre, on essaie de fermer les magasins dans les cinq ou six prochaines semaines, alors je ne peux qu'en déduire qu'ils n'auront pas les liquidités pour se rendre jusqu'à la période des Fêtes », avance Mme Frigon.

Pas question, donc, de tabler sur cette période faste en achats en tout genre, pour tenter de se refaire une santé financière, et ce même s'il ne s'agissait que de retarder l'inévitable.

Fondé en 1952, Sears Canada exploitait 239 établissements, y compris des grands magasins, des magasins d'électroménagers et de matelas, des magasins Sears Décor, des magasins de liquidation, des centres de distribution et des entrepôts.

Au cours des dernières années, toutefois, la compagnie peinait à se tailler une place face à ses concurrents, que ce soit Dollarama, Walmart, La Baie ou Amazon. En 2014, Sears avait même fermé son magasin phare du Centre Eaton à Toronto, notamment pour tenter, en vain, de se concentrer sur les plus petits marchés.

Plus d'articles

Commentaires