Retour

Sept maires de l'Est-du-Québec pourfendent le rapport de la vérificatrice générale

Sept maires du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie pourfendent le dernier rapport de la Vérificatrice générale du Québec, selon lequel la production d'énergie éolienne serait en partie responsable des hausses des tarifs d'électricité des Québécois.

Un texte de Julie Tremblay

D'après ce rapport, les Québécois paient trois fois plus cher l’électricité provenant d’autres sources d’énergie que celle des grands barrages hydroélectriques.

« On trouve ça décevant, c'est comme une attaque contre les régions », affirme le maire de Matane, Jérôme Landry. « Il faut vraiment que la population se rende compte que c'est une filière qui apporte beaucoup », ajoute-t-il.

Dans un communiqué commun, les maires de Matane, Gaspé, New Richmond, Rimouski, Rivière-du-Loup, Sainte-Anne-des-Monts et Saint-Cyprien critiquent la « vision strictement comptable » de la vérificatrice générale.

Le maire de Saint-Cyprien et président de la Régie intermunicipale de l'énergie du Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé estime que le rapport fait une analyse « fragmentaire », voire même « réductrice » de la filière éolienne. Selon lui, elle ne tient pas compte de la création de 5000 emplois liés à cette industrie au Québec, dont plus de 1000 dans l'Est-du-Québec.

De son côté, le maire de Gaspé, Daniel Côté, estime que ce rapport aura un effet négatif sur l'opinion publique par rapport à l'industrie éolienne.

Le développement régional et les grands centres

Les maires soulignent que Québec octroie des subventions et des crédits d'impôt à plusieurs industries situées dans les grands centres, sans que la pertinence du soutien gouvernemental soit remise en question.

« De voir cette analyse-là, vraiment, ça nous choque, parce qu'on sait très bien que le gouvernement finance de façon majeure d'autres secteurs économiques [comme] le pharmaceutique, les institutions financières, etc. », affirme le maire de Matane.

Les maires se réjouissent toutefois de l'appui du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, qui a affirmé la semaine dernière qu'il est judicieux d'utiliser une société d'État pour créer des emplois et développer les régions.