Retour

Seulement 8000 Canadiens ont réellement été exposés au vol de données chez Equifax

Equifax a revu à la baisse lundi le nombre de Canadiens touchés par sa faille de sécurité informatique et estime maintenant à 8000 le nombre de clients touchés plutôt que les 100 000 annoncés.

L'entreprise avait précédemment avancé le chiffre de 100 000 Canadiens dont les données personnelles pouvaient potentiellement avoir été compromises, avant qu'une analyse de la firme de cybersécurité Mandiant ne vienne déterminer un nombre réel beaucoup plus modeste.

La révision présentée par la firme Mandiant ajoute toutefois environ 2,5 millions d'Américains de plus à la liste des victimes potentielles de la gigantesque cyberattaque, ce qui porte le total à 145,5 millions de personnes dont les données personnelles peuvent avoir été volées.

Equifax révèle que l'analyse a aussi permis de déterminer que certains Canadiens se sont fait pirater leurs informations de cartes de crédit et que toutes les personnes concernées par la faille de sécurité seront informées par la poste.

Sur sa page web, la division canadienne d'Equifax précise ne pas avoir encore envoyé ses lettres d'avis et elle insiste pour rappeler qu'elle ne fera pas de sollicitation téléphonique ni d'envois de courriels dans ce dossier.

Equifax a informé le public pour la première fois le 7 septembre au sujet de sa faille informatique, bien qu'elle reconnaisse que l'accès non autorisé aux données se soit produit entre le 13 mai et le 30 juillet et que son équipe de sécurité ait repéré le piratage le 29 juillet.

L'entreprise soupçonne que les pirates ont eu accès aux systèmes d'Equifax Canada par l'entremise d'une application destinée aux consommateurs américains.

Equifax fait présentement l'objet d'enquêtes au Canada et aux États-Unis et fait face à au moins deux actions collectives en justice déposées au Canada.

Le gigantesque vol de données a entraîné une série de démissions parmi les hauts dirigeants de l'agence d'évaluation de crédit de consommation établie à Atlanta, y compris le chef de la direction, le directeur de l'information et le chef de la sécurité.

Plus d'articles

Commentaires