Retour

Silos à l’anse au Foulon : une première année bien loin des objectifs 

La compagnie américaine Rentech avait de grandes ambitions : livrer de 400 000 à 450 000 tonnes de granules de bois par année à la centrale Drax au Royaume-Uni. Mais ce sont au maximum 141 000 tonnes qui ont jusqu'à maintenant transité par les silos d'Arrimage Québec en 2016, selon les données de Statistique Canada.

« Ce n’est pas inquiétant, mais on aurait préféré que le volume soit plus grand. […] Rentech a été très optimiste et sans doute que les retards doivent commencer à peser », affirme John Arsenault, directeur du Groupe granules au Bureau de promotion des produits du bois du Québec. Il suit de près les affaires de Rentech et ses défis à respecter son contrat avec la centrale d’électricité britannique Drax.

Le démarrage d’entreprises dans la production de granules de bois s’avère un apprentissage plus ardu que prévu pour Rentech. « La rampe d’accélération a été surestimée. C’est toujours plus long de produire des volumes de cette quantité-là pour une entreprise qui, à l’origine, avait très peu d’expérience dans le domaine », poursuit M. Arsenault.

La construction des silos à l’anse au Foulon pour l’entreposage, le transbordement et l’expédition des granules de bois outremer a coûté plus de 20 millions de dollars à Arrimage Québec.

Ces installations controversées ont été inaugurées en août 2014. Le premier chargement de granules de bois a quitté le port de Québec en janvier dernier. Trois autres chargements livrés aussi par paquebot au Royaume-Uni ont suivi.

Dans son dernier rapport trimestriel, Rentech souligne que ces deux usines de production de granules à Wawa et à Atikokan, en Ontario, connaissent des problèmes opérationnels et d’équipement. La compagnie espère que son usine de Wawa va atteindre 60 % de sa capacité de production au cours des deux prochains trimestres.

L’objectif de Rentech est maintenant de produire 400 000 à 450 000 tonnes de granules de bois d’ici la fin de l’année 2017.

Un bon hiver pour les affaires?

L’hiver 2015 a été rigoureux. Rentech avait joint les producteurs québécois de granules pour prendre part aux exportations vers le Royaume-Uni. À l’époque, les producteurs n’avaient pas de surplus. L’hiver et l’automne 2016 ont été doux. Des saisons plutôt difficiles pour les producteurs de granules de bois du Québec. Ils ont maintenant des stocks à écouler.

John Arsenault affirme que quatre des cinq gros producteurs du Québec ont entrepris les démarches pour obtenir des certifications afin d’exporter des granules de bois en Europe.

« De là leur intérêt à utiliser les silos. […] Rentech demeure notre meilleur joueur pour promouvoir les exportations de granules dans l’est du pays. »

Rentech et Arrimage Québec n’ont pas été en mesure de répondre à nos questions.

Plus d'articles

Commentaires