Retour

Sommet sur le transport aérien : les petits aéroports de la région comptent bien se faire entendre

Les aéroports régionaux souhaitent avoir une oreille attentive du gouvernement du Québec lors du Sommet sur le transport aérien régional, qui se tiendra à Lévis vendredi.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Les élus régionaux s'attendent à des gestes concrets de la part du gouvernement pour assurer la pérennité et le développement de ces aéroports.

Ces petits aéroports comme ceux d'Amos, de Saint-Bruno-de-Guigues, de La Sarre ou de Lebel-sur-Quévillon, par exemple, accueillent notamment les avions-ambulances, les gens d'affaires et des touristes.

La Sarre sera présente

À La Sarre, c'est la municipalité qui gère l'aéroport.

Elle assume seule la facture d'opération, qui oscille entre 100 et 150 000 $ annuellement. Par souci d'économie, l'aéroport est d'ailleurs fermé l'hiver.

La directrice générale de La Sarre, Isabelle d'Amour, se rend au sommet sur le transport aérien régional dans l'espoir d'obtenir un soutien financier.

Réseau aéroportuaire

Pour sa part, le président du Conseil des aéroports du Québec, Jacques Poulin, souhaite l'établissement d'un réseau aéroportuaire sur l'ensemble du territoire québécois.

Le maire de Lebel-sur-Quévillon, Alain Poirier, est membre du comité sur le transport aérien de l'Union des municipalités du Québec. Il souhaite que le sommet se traduise en des engagements concrets.

« On s'attend nous du gouvernement qu'il travaille ces dossiers-là. Ils le savent nos préoccupations maintenant j'ai hâte de voir quelle sera la réponse du gouvernement face à ça. »

Tous s'entendent pour dire que les aéroports régionaux pourraient grandement contribuer au développement économique du Québec notamment pour les projets liés au plan Nord.

Le transport aérien en Abitibi-Témiscamingue en chiffres (Source : Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue) :

Plus d'articles

Commentaires