Retour

Soulagement en Colombie-Britannique, 1re productrice de bois d’oeuvre

Le secteur du bois d'œuvre britanno-colombien accueille favorablement l'annonce de l'investissement de 867 millions de dollars par Ottawa pour faire face à une taxe récemment imposée par l'administration Trump.

Le Conseil des producteurs de bois d’œuvre de la Colombie-Britannique (BCLTC) qualifie le geste du fédéral de « réponse prudente » qui permettra non seulement d’apporter un soutien immédiat, mais aussi d’envisager un avenir moins sombre.

« Nous apprécions tout particulièrement l’investissement pour étendre les marchés d’exportations de nos produits à l’étranger, ce qui va vraiment aider à diversifier nos clients », a commenté Susan Yurkovich, présidente du BCLTC.

Jusqu’à présent, 78 % des exportations de bois d'oeuvre canadien étaient destinés aux États-Unis, ce qui rendait l'industrie canadienne du bois très dépendante de Washington et à la merci des mesures protectionnistes du président Donald Trump. Ottawa consacrera 45 millions de dollars sur trois ans pour diversifier l'industrie canadienne du bois et développer de nouveaux marchés, notamment en Chine ou en Inde.

145 000 emplois directs et indirects en Colombie-Britannique

Sur la scène politique provinciale, les réactions ne se sont pas non plus fait attendre. Le leader du Nouveau Parti démocratique (NDP) John Horgan se réjouit de l’enveloppe annoncée par le gouvernement fédéral, mais il a tout de même profité d’une conférence de presse pour lancer un avertissement : « La province est responsable de la moitié du commerce du bois d'oeuvre avec les États-Unis. Alors je m'attends à ce que la Colombie-Britannique reçoive la moitié de l'aide annoncée par Ottawa ».

La première ministre Christy Clark, de son côté, a réagi par voie de communiqué, elle qui avait farouchement martelé pendant la campagne être la seule candidate avec l’énergie et la ténacité nécessaires pour mener de front les négociations. Elle dit aujourd’hui « apprécier le leadership » dont fait preuve Ottawa et assure que la province va continuer de travailler avec le fédéral pour en arriver à un accord satisfaisant.

Selon le BCLTC, le secteur du bois d’oeuvre en Colombie-Britannique représente 145 000 emplois directs et indirects et produit, avec 2 606 000 mètres cubes (janvier 2017), environ 50 % des exportations canadiennes. S’ensuivent le Québec (1 467 300 mètres cubes), et l’Alberta (798 800 mètres cubes).

Plus d'articles

Commentaires