Retour

Succès financier et populaire pour le Bioparc de Bonaventure

Le Bioparc est passé d'un taux d'autofinancement de 80 % en 2015 à 95 % en 2016. Le site touristique a aussi accueilli un nombre record de 31 000 visiteurs lors de la dernière saison touristique.

Le Bioparc a fait le point sur la dernière année lors de son assemblée générale annuelle, mardi soir.

La directrice générale du parc animalier, Marie-Josée Bernard, attribue ces excellents résultats aux efforts et au travail soutenu amorcé il y a 10 ans. Le conseil d’administration visait à ce moment-là une meilleure autonomie financière.

L’organisme est parti de loin. À ce moment-là, les revenus autonomes de l’organisme dépassaient à peine 50 %.« La note parfaite n’est pas loin d’être atteinte », commente Marie-Josée Bernard.Retour vers le futur du Bioparc

En 2008, le parc déposait un plan de développement stratégique et entamait dans la foulée une série de travaux et d’investissements.

Dans un premier temps, le Bioparc a aménagé des chalets locatifs en bord de mer, un insectarium, une fermette et de nouveaux habitats pour les animaux. Quatre millions de dollars ont alors été investis. L’achalandage et les revenus ont commencé à progresser dès la saison suivant la fin des premiers travaux en 2010.

En 2015, le Bioparc lançait la seconde phase des travaux avec l’ajout de nouvelles espèces animales, un réaménagement du site et d’un parcours de jeux, la construction d’un pavillon pour les reptiles et l’agrandissement de l’insectarium. La boutique, le restaurant et l’accueil ont été rénovés.

L’administration terminera la dernière phase de son plan de développement cet été avec la refonte du bassin des phoques et le lancement d’un programme d’excursions nautiques dans la rivière Bonaventure.

Cette seconde phase aura nécessité au total des investissements de 5,6 millions de dollars. « Tout ça nous a permis, indique Mme Bernard, d’atteindre 31 000 visiteurs en 2016 et de voir une nette progression sur le plan des revenus d’entrées et des revenus croisés. »

L’organisme n’entend pas s’asseoir sur ses lauriers et compte présenter dès 2018 un nouveau plan de développement stratégique. « C’est le défi pour tout attrait touristique d’être en mesure de se renouveler ponctuellement », commente Mme Bernard.

Le Bioparc est un parc animalier avec un mandat éducatif qui permet aux visiteurs d’apprivoiser la biodiversité animale de la Gaspésie et du Québec. Le Bioparc, qui a ouvert ses portes en 1998, fêtera ses 20 ans d’existence l’an prochain.

Plus d'articles

Commentaires