Retour

Sunwing « bat des records » pour sa première saison à Mont-Joli

La compagnie aérienne Sunwing se dit satisfaite de sa première saison de vols vers le Sud au départ de Mont-Joli et compte bonifier son offre l'an prochain.

Un texte d’Ariane Perron Langlois

D'après des données de l'aéroport de Mont-Joli, il y a eu en moyenne 160 passagers à chaque vol de Sunwing, sur les 189 places disponibles à bord du Boeing 737 de la compagnie.

Selon le transporteur, il s'agit de résultats supérieurs à ce qui avait été enregistré lors de ses premières années d'opération dans d'autres villes québécoises, comme Bagotville et Val-d'Or.

Une saison prolongée l’an prochain

Le vice-président du Groupe de voyages Sunwing, Sam Char, confirme que la saison 2018-2019 sera prolongée de quelques semaines. Il ajoute que le transporteur envisage aussi d’ajouter un vol par semaine.

Depuis décembre 2017, un vol par semaine est offert au départ de Mont-Joli. Les voyageurs peuvent se rendre à Punta Cana, en République dominicaine, ou à Cancun, au Mexique.

Le propriétaire de l’agence Voyages Vasco de Rimouski, Simon Pinault, croit que la demande devrait se maintenir ou grandir l’an prochain pour des vols au départ de Mont-Joli, qui évitent aux gens de la région de se rendre à Québec ou Montréal pour s’envoler vers les destinations soleil.

« Les gens de Rimouski en ont profité, mais les gens aussi de la Gaspésie et un peu du Nouveau-Brunswick. Il y a même du monde de Rivière-du-Loup qui sont venus prendre l'avion à Mont-Joli cet hiver, parce qu'il y a eu plusieurs semaines où les tarifs étaient moins chers pour partir de Mont-Joli que de Québec », explique M. Pinault.

Retombées économiques

Selon la Régie intermunicipale de l’aéroport de Mont-Joli, le succès de cette première année d’exploitation de Sunwing montre que les investissements de 3 millions de dollars pour prolonger la piste en valaient la peine.

Le vice-président de cette régie, qui est aussi maire de Mont-Joli, Martin Soucy, soutient que la nouvelle offre de vols vers le Sud entraîne déjà des retombées économiques dans les hôtels, les restaurants et les stations-service de la région, entre autres.

Le dernier vol de la saison hivernale, qui doit décoller à 6 h jeudi, affiche complet.