Retour

Tarifs d'électricité pour Alouette : l'entente ramène l'optimisme sur la Côte-Nord

L'octroi par Québec de nouveaux tarifs d'électricité pour l'aluminerie Alouette de Sept-Îles est bien reçu sur la Côte-Nord.

Dans le cadre de l'entente de principe conclue entre le gouvernement du Québec, Alouette s'engage à réaliser un investissement de 400 M$ entre 2015 et 2020. En échange d'un bloc d'électricité de 70 MW, l'entreprise souhaite produire 50 000 tonnes de métal blanc de plus par année, d'ici 2021, pour de la transformation au Québec et sur la Côte-Nord.

Le PDG de l'entreprise, Claude Boulanger, rappelle que l'entente sur les tarifs constitue la première étape d'une série d'investissements, qui pourraient mener à une nouvelle phase d'expansion qui pourrait débuter à la fin de 2017. « Un autre jalon c'est de commencer les études de préfaisabilité. Faut pas oublier qu'on est dans un contexte de marché [de l'aluminium] qui va jouer dans la balance, mais c'est un début. Et on entrevoit l'avenir avec positivisme », précise-t-il.

L'aluminerie appuiera aussi le développement de la filière du gaz naturel sur la Côte-Nord, en évaluant l'intérêt pour un terminal méthanier près de son usine.

Des engagements salués par le monde des affaires

Le président de Développement économique Sept-Îles, Luc Dion, croit que l'entente annoncée jeudi peut donner un nouveau souffle à l'économie régionale, durement éprouvée par la chute des marchés du fer et du bois.

Luc Dion s'est dit toutefois surpris que l'aluminerie lance rapidement son étude de préfaisabilité pour une nouvelle phase d'expansion. « 2017-2019 pour amorcer ses travaux, c'est presque demain matin », affirme-t-il.

Le commissaire industriel de Port-Cartier, Bernard Gauthier, estime pour sa part qu'une entente durable sur les coûts d'énergie constitue un gain majeur pour toute l'industrie de la Côte-Nord.

« C'est important qu'il y ait une stabilité pour le renouvellement de la phase 1 et 2, au niveau énergétique, pour Alouette. Pour Port-Cartier, on en tire des bénéfices, étant donné qu'on est une ville soeur », dit-il.

La Fédération des chambres de commerce du Québec souligne de son côté que les 50 000 tonnes d'aluminium dédiés aux transformateurs du Québec et de la Côte-Nord auront un impact positif sur la diversification économique de la région.

Plus d'articles

Commentaires