Retour

Tarifs douaniers sur l’acier : déception et incompréhension à Sault-Sainte-Marie

L'imposition de tarifs douaniers américains de 25 % sur les importations d'acier déçoit la Ville de Sault-Sainte-Marie, dans le Nord-Est ontarien. L'aciérie locale Algoma fournit la moitié du produit intérieur brut de la municipalité.

« C’est une très mauvaise idée pour le Canada et pour les États-Unis », dit le maire de Sault-Sainte-Marie Christian Provenzano des mesures entrées en vigueur vendredi.

M. Provenzano déplore le fait que le gouvernement américain veuille « défaire le commerce équilibré qu’entretiennent le Canada et les États-Unis et risquer de déstabiliser ainsi la chaîne d’approvisionnement canado-américaine ».

En 2017, le Canada a importé 4,8 millions de tonnes métriques d’acier des États-Unis et en a exporté en retour 6 millions vers son voisin du Sud.

La municipalité se réjouissait en mars du sursis qu’avaient accordé les États-Unis entre autres au Canada et au Mexique afin de procéder à la renégociation de l’Accord de libre échange nord-américain (ALENA).

En confirmant jeudi l’imposition imminente des droits douaniers au Canada, le secrétaire américain au commerce, Wilbur Ross, a expliqué que la décision était motivée par la lenteur de l’évolution des négociations.

Les inquiétudes de détournement encore plus présentes

Le directeur général de la Chambre de commerce de Sault-Sainte-Marie, Rory Ring, applaudit la riposte du gouvernement canadien, qui compte imposer des surtaxes sur plusieurs produits provenant des États-Unis.

Il estime toutefois que le gouvernement doit davantage faire preuve de fermeté afin d’éviter que les exportateurs d’acier également touchés par les tarifs douaniers américains, tels que les pays de l’Union européenne, ne détournent leur acier vers le Canada en conséquence.

Le gouvernement fédéral a déjà annoncé son intention de protéger les industries canadiennes de l’acier et de l’aluminium contre les détournements étrangers de ces métaux vers le Canada.

Très tôt pour se prononcer sur l’impact local

L’aciérie Algoma de Sault-Sainte-Marie est l'un des principaux employeurs du Nord-Est ontarien. Plus de 2700 personnes y travaillent.

Si le maire Provenzano n’exclut pas des pertes d’emploi potentielles, il choisit de rester optimiste et d’espérer que les tarifs douaniers ne resteront pas en vigueur pendant longtemps. « Si la compagnie a besoin de soutien, on se tournera certainement vers la province et le gouvernement fédéral », avance-t-il.

Pour sa part, M. Ring dit que la Chambre de commerce locale collabore étroitement avec celles de Hamilton, de Windsor-Essex, de l’Ontario et du Canada afin de « continuer à promouvoir l’importance d’un commerce équitable et basé sur des règles entre les États-Unis et le Canada ».

Plus d'articles