Retour

Taxi Coop et Taxi Nord-Sud veulent aller en appel pour des permis

Les dirigeants de Taxi Coop de la Mauricie et de Taxi Nord-Sud sont déçus des décisions de la Commission des transports du Québec (CTQ) de leur refuser l'octroi de quatre nouveaux permis de taxi. Ils souhaitent déposer un avis d'appel le plus tôt possible.

Pour expliquer son refus, la Commission souligne notamment que la rentabilité du projet n’a pas été prouvée. Elle mentionne aussi l’existence d’une entente secrète qui ferait en sorte que Taxi Coop de la Mauricie serait dans les faits propriétaire de Taxi Nord-Sud, ce qui est contraire aux règles de l'industrie du taxi.

Clientèle vulnérable

Le vice-président de Taxi Coop, René Beaudoin, craint que les refus de la Commission ne fassent du tort à une clientèle vulnérable.

« C'est vraiment notre clientèle qui en souffre. En transport adapté, nous devons refuser plusieurs clients chaque jour parce que nous n'avons pas le permis nécessaire », dit-il.

« On a un véhicule qui attend dans le stationnement et des clients en fauteuil-roulant qui attendent », ajoute le vice-président.

Taxi Coop croyait être en règle

Les dirigeants de Taxi Coop de la Mauricie ont créé l'entreprise Taxi Nord-Sud afin de sauver des coûts importants en frais de changement de permis. Tout ce temps, ils croyaient agir selon la loi, indiquent-ils.

« Nous sommes de bonne foi, nous avons fait appel à un avocat, Me Jean Chayer, pour créer l'entreprise Taxi Nord-Sud et nous avons suivi ses recommandations », soutient Mario Leclerc, le secrétaire-trésorier de Taxi Coop.

Taxi Coop fait également valoir qu'elle a fourni tous les documents nécessaires à l'audience et qu'elle a été transparente face à la CTQ sur la façon dont sa filiale est gérée.

« Nous nous sommes même assurés auprès de la Commission que tout était dans l'ordre », affirme M. Leclerc.

Une industrie où ça joue du coude

Lors des mêmes audiences devant la CTQ, l'entreprise Taxi Élite, de Trois-Rivières, s'est vu accorder deux nouveaux permis de taxi. Elle s'opposait aux demandes de Taxi Nord-Sud et de Taxi Coop.

« On pense que nos compétiteurs veulent nous faire du tort, et on trouve ça bien dommage », affirme Mario Leclerc, sans identifier d'entreprises.

D’après les informations de Sarah Désilets-Rousseau

Plus d'articles

Commentaires