Retour

Temps doux : des conséquences minimes pour les agriculteurs saskatchewanais

Des agriculteurs de la Saskatchewan n'entrevoient pas de conséquences importantes sur leur production, malgré des températures records dans la province cet hiver. Des producteurs à Gravelbourg et à Delmas indiquent qu'il est trop tôt dans l'année pour connaître les répercussions agricoles du temps doux.

Un texte de Patrick Foucault

Même si « les conditions météo ont toujours un impact » et qu'il s'agit « probablement du plus grand impact sur la production », selon l'agriculteur Martin Prince de Delmas, il faut attendre au mois d'avril avant de déterminer si la production peut commencer plus tôt. Dans le nord de la province, la neige est encore présente à certains endroits, ce qui réduit l'assèchement du sol comme lors d'un hiver normal.

De son côté, Allan Bourgeois, agriculteur à Gravelbourg, affirme que pour compenser le manque de neige, les importantes tombées de pluie à la fin de l'été ont contribué à créer une quantité raisonnable d'humidité dans le sol. Toutefois, M. Bourgeois ne compte pas commencer sa production plus tôt qu'à l'habitude pour l'instant.

M. Prince cite en exemple des gelées du sol à la fin du mois de mai l'an dernier, ce qui a poussé selon lui certains agriculteurs du nord de la province à recommencer la période de semences à zéro.

Plus d'articles

Commentaires