Retour

Temps dur pour les centrales au charbon en Alberta 

TransCanada, EnMax et AltaGas ont toutes les trois invoqué les nouvelles politiques gouvernementales et la taxe sur le carbone pour se départir de leur obligation d'acheter de l'électricité provenant de centrales au charbon.

Toutefois, le bas prix du gaz naturel y est également pour beaucoup dans cette décision, explique David Gray, spécialiste de l'énergie en Alberta. « C'est plus économique, le coût du gaz est bas », souligne-t-il.

Comme l'électricité est à un prix extrêmement bas, c'est plus rentable d'utiliser le gaz que le charbon. Le spécialiste apporte cette nuance, car quand les entreprises annulent leurs contrats, ce sont les consommateurs qui paient la note. M. Gray explique que les compagnies, qui ne veulent pas perdre de l'argent, vont trouver un moyen de refiler la facture aux consommateurs afin de maintenir leurs profits.

Les contrats appartiennent maintenant au Balancing Pool, une société publique créée lors de la privatisation de l'électricité. Depuis 2006, le Balancing Pool a subventionné la facture des consommateurs à hauteur de 2 milliards de dollars. Cela risque toutefois de changer, estime M. Gray.

L'Alberta profite actuellement d'une abondance d'électricité à cause du ralentissement économique.

Les quatre centrales au charbon visées ne vont pas nécessairement fermer, mais l'annulation des contrats montre une transition des grandes entreprises du charbon vers le gaz naturel.

D'après un reportage de Nicolas Pelletier

Plus d'articles

Commentaires