Retour

TEPCO persiste et signe : elle met fin à son contrat avec Cameco

L'entreprise japonaise Tokyo Electric Power Company (TEPCO) a confirmé jeudi qu'elle ne reviendra pas sur sa décision de résilier son contrat avec la multinationale canadienne Cameco.

« Nous savons que Cameco démontre une vive opposition à notre avis de résiliation », a écrit dans un courriel à CBC un porte-parole de TEPCO. « Cependant, il est conforme à l’entente et nous prendrons les mesures appropriées. »

La semaine dernière, l’entreprise a fait savoir à Cameco qu’elle mettait fin à un important contrat d’achat d’uranium. Mardi, TEPCO a indiqué qu’elle n’accepterait pas la livraison prévue pour le lendemain.

La compagnie qui possède plusieurs centrales nucléaires au Japon soutient qu’il lui est impossible d’opérer ses usines depuis un an et demi en raison de nouvelles réglementations du gouvernement japonais. Ces changements ont été mis en place à la suite de la tragédie de Fukushima. Selon TEPCO, il s’agit donc d’un cas de force majeure qui lui permet d’annuler le contrat.

De son côté, Cameco ne compte pas se laisser faire et affirme qu’elle aura recours aux tribunaux.

La durée restante dudit contrat évalué à 1,3 milliard de dollars est de 11 ans, soit jusqu'à 2028.

Plus d'articles