Retour

Terre-Neuve vise l’autosuffisance alimentaire

La province de Terre-Neuve-et-Labrador augmente la superficie des terres réservées à l'agriculture pour inciter plus de jeunes à se lancer dans le domaine et pour atteindre une plus grande autosuffisance alimentaire.

Le gouvernement de Dwight Ball a annoncé la semaine dernière qu’il allait convertir 64 000 hectares de terres de la Couronne en terres agricoles, ce qui doublera la superficie des terres consacrées à l’agriculture dans la province.

Ces terres sont réparties sur 62 zones agricoles. Les 64 000 hectares ont été choisis après des consultations avec les fermiers, les municipalités et d’autres acteurs.

L’annonce du gouvernement fait partie de sa stratégie globale de développement, qui fixait comme objectif pour la province l’augmentation de l’autosuffisance alimentaire d’au moins 20 % d’ici 2022.

10 % de ce qui est mangé à T.-N.-L. est produit dans la province

« En ce moment, nous produisons seulement 10 % de ce que nous mangeons dans la province », a précisé le ministre des Pêches, des Forêts et de l’Agroalimentaire, Steve Crocker, en entrevue récemment.

Le ministre Crocker a noté que certains domaines de production agricole, comme la production de lait, d’oeufs ou de volaille, se portent très bien à Terre-Neuve. Mais le gouvernement Ball voudrait que ces industries se développent encore plus, par exemple en produisant la nourriture pour le bétail au lieu de l’importer.

Il aimerait aussi que les fermiers se lancent dans de nouvelles cultures. Il cite en exemple un serriculteur terre-neuvien qui a commencé à produire de la laitue de Boston en plein hiver.

La stratégie a comme deuxième objectif d’attirer plus de jeunes dans le domaine agricole. À cette fin, la paperasse sera simplifiée pour les jeunes qui veulent ouvrir une ferme.

Le ministre Crocker se dit encouragé par ce qu’il a vu vendredi dernier lors d’un atelier organisé à Saint-Jean par un regroupement de jeunes fermiers.

« Certains de nos jeunes fermiers ont beaucoup de succès, dit-il, et ils sont très motivés. »

Les terres existantes ne sont pas toutes exploitées

Actuellement, seulement 75 % des 22 000 hectares de terres agricoles à Terre-Neuve-et-Labrador sont cultivés.

Le gouvernement Ball devra être très persuasif, affirme le ministre Crocker, pour s’assurer que les nouvelles terres qu’il met à la disposition des fermiers sont mises en production.