Retour

Thunder Bay : projet-pilote pour aider les immigrants à trouver un emploi

Depuis mars, un programme d'intermédiaire communautaire pour offrir des services d'employabilité et d'entrepreneuriat aux immigrants est testé à Thunder Bay.

Un texte de Miguel Lachance

L’Institut des politiques du Nord (IPN), qui mène le projet de recherche appliquée, en évaluera l'efficacité en termes d'augmentation des placements d’immigrants à Thunder Bay.

L’IPN collabore avec la Société économique de l’Ontario (SEO), qui a embauché un nouveau conseiller en employabilité bilingue, Yaye Peukassa.

M. Peukassa met en relation les nouveaux arrivants avec les employeurs et les organismes communautaires et les guide dans le processus d’immigration.

Il offre également une série de services reliés à l'employabilité, comme la rédaction de CV et la préparation aux entretiens d'embauche.

Le conseiller travaille Thunder Bay et non pas à distance depuis Toronto, donc il comprend bien la réalité du milieu et il peut mieux aiguiller les nouveaux arrivants, explique le directeur employabilité et immigration de la SEO, Guy Lucas.

Selon M. Lucas, Thunder Bay possède tous les ingrédients nécessaires pour que le programme soit un succès.

Il cite notamment le projet minier du Cercle de feu.

Guy Lucas ajoute que la présence d’une communauté francophone dynamique a pesé dans la balance en faveur de Thunder Bay.

Le grand défi, selon M. Lucas, est de convaincre les immigrants, surtout ceux d’expression française, de choisir Thunder Bay plutôt que Toronto ou Ottawa.

Je fais la promotion de la qualité de vie, de la possibilité de s’acheter une maison, de travailler dans son domaine et de vivre en français, précise-t-il.

« L’immigration francophone bénéficie à tous. C’est une question de bonne intelligence que d’avoir des gens bilingues qui pourront communiquer et faire du commerce avec les francophones des autres provinces. »

L’IPN et la SEO ont aussi établi un partenariat avec la Commission de planification de la main-d’œuvre du Nord Supérieur, la chambre de Commerce de Thunder Bay et la Commission du développement économique communautaire de Thunder Bay.

M. Lucas est confiant que le projet-pilote sera une réussite et qu’il sera probablement étendu à d’autres communautés de la province.