Retour

Toujours pas d'investisseurs chinois pour le Cercle de feu

La délégation ontarienne qui était en Chine pour faire la promotion du Cercle de feu rentre bredouille au Canada.

Un texte de Stéphany Laperrière

KWG Resources, qui détient des droits miniers sur plusieurs gisements dans le Cercle de feu, espérait trouver en Chine des investisseurs pour le projet.

Mais son vice-président, Maurice Lavigne, explique que l'entreprise n'a pas réussi à trouver des acheteurs potentiels.

M. Lavigne ajoute que le soutien du gouvernement fédéral aurait été nécessaire pour faciliter ces rencontres.

« La politique nationale s'implique dans ce qu'on fait et ça ne se déroule pas nécessairement à la vitesse qu'on voudrait. Si le Cercle de feu avait été sur la table des discussions entre la Chine et le Canada, ça aurait encouragé les rencontres qu'on a besoin d'avoir », explique-t-il.

Construction du chemin de fer

Lors de son séjour, la délégation a néanmoins rencontré des représentants de China Railway, l'entreprise chinoise spécialisée dans la conception de chemins de fer.

Des ingénieurs et géologues de China Railway ont déjà visité la région du Cercle de feu.

Ils ont présenté le résultat de leur étude sur la construction d'une ligne ferroviaire pour transporter la chromite extraite du Cercle de feu, indique Maurice Lavigne.

« Ce qu'on a appris en Chine c'est que le chemin de fer, ils veulent construire ça avec une capacité de 10 millions de tonnes par année et, éventuellement, 24 millions de tonnes par année », dit-il.

KWG Resources interprète ces chiffres comme une indication du volume de chromite que la Chine veut acheter pour répondre à ses besoins, ajoute M. Lavigne.

C'est un signe positif selon lui, et la minière planifie déjà son prochain voyage en Chine.

Plus d'articles

Commentaires