Retour

Tourisme en Nouvelle-Écosse : voir du pays pour un ciel étoilé

L'observation du ciel étoilé a la cote dans la région de Yarmouth et des côtes acadiennes, en Nouvelle-Écosse, qui accueille de nombreux visiteurs attirés par les lieux à l'abri de la pollution lumineuse.

L'auberge Trout Point, à Kemptville, est la première au monde désignée par l’UNESCO comme un site touristique d'observation d'étoiles. Elle est équipée de télescopes haut de gamme et elle compte des experts parmi son personnel.

Le nouvel employé Alex Nadeau, par exemple, est diplômé en physique de l'Université du Nouveau-Brunswick. « Tous les soirs, on se prépare pour aller observer les étoiles avec les clients de l'hôtel », dit-il.

Alex Nadeau est bien plus qu'un guide de balades au crépuscule, il est aussi un astronome passionné. « J'adore partager avec la jeunesse, les ados et les adultes. Je partage avec tout le monde et pour moi, ça, c'est ma passion », souligne-t-il.

La région de Yarmouth et des côtes acadiennes a été désignée par l'UNESCO comme une « destination pour l'observation d'étoile ». La région tente depuis quelques années de promouvoir cette industrie touristique.

L'auberge Trout Point embauche des experts en astronomie depuis quelques étés. Cette année, on a ajouté au personnel un autre astronome. C'est un signe que le concept suscite de l'intérêt.

« Je vous dirais que la majorité des clients viennent ici pour [l'observation du ciel étoilé]. Cet été, ça va être très achalandé. On attend environ une dizaine de personnes par soirée pour faire [l'observation]. Ici, c'est reconnu parce qu'il n'y a pas de lumière, alors on voit tout le ciel », affirme Shaheen Gonbadi, de l’auberge Trout Point.

La consigne est stricte: aucune lumière n'est permise. La direction de l'établissement s'est engagée à faire de la région une réserve de ciel étoilée, c'est-à-dire une région où des mesures sont prises afin de minimiser la pollution lumineuse.

Une réserve de ciel étoilé, c'est aussi un engagement à rendre plus accessibles les lieux de ce genre. « C'est important d'avoir les lieux et les endroits au Canada, en Amérique du Nord, dans tout le monde, pour observer les étoiles et le ciel, parce que ça ne restera pas longtemps », estime Alex Nadeau.

Le ciel étoilé lui a donné l’envie de devenir astrophysicien et, un jour peut-être, astronaute.

D’après un reportage de Stéphanie Blanchet

Plus d'articles

Commentaires