Retour

Tourisme : vers une année record dans le parc national Banff

La faiblesse du dollar canadien et les températures clémentes des derniers mois attirent de plus en plus de touristes dans le parc national Banff, au point où l'année 2015-2016 pourrait fracasser un record d'achalandage avec quelque 3,8 millions de visiteurs.

Un texte de Geneviève Normand

Parcs Canada prévoit que le nombre de personnes qui visitent le parc soit en hausse de 7,4 % par rapport à l'année dernière. Les données officielles seront connues en mars lors de la fin de l'exercice financier.

Les voyageurs qui choisissent les Rocheuses albertaines viennent de partout dans le monde. « Nous voyons beaucoup de gens qui arrivent des marchés émergents comme la Chine, la Corée du Sud et l'Inde, explique la directrice des services hôteliers de l'Office de tourisme de Banff et Lac Louise, Nancy DaDalt.

Banff, une destination de choix pour les Américains...

Parmi les touristes étrangers se trouvent bien sûr les Américains, pour qui les vacances au Canada peuvent représenter une aubaine compte tenu du taux de change actuel.

Tom Thi, de la Californie, est venu passer une semaine à Banff avec sa petite famille pour profiter de l'hiver. « À San Diego, on ne retrouve pas ce genre de température!, dit-il en riant. Les enfants veulent jouer dans la neige ».

Il concède que la faiblesse du dollar canadien a été un facteur qui a influencé sa décision et celle de sa femme. « Ma femme adore magasiner, alors c'est avantageux », affirme-t-il.

... et pour les Canadiens

La faiblesse du huard incite du même coup les Canadiens d'autres provinces à choisir l'Alberta comme choix de destination.

« Nous avons l'habitude d'aller à Whitefish au Montana, mais avec la valeur de notre dollar canadien, nous avons décidé de rester au Canada », déclare la Saskatchewanaise Frances Boutin, venue à Banff avec son mari et son fils pour aller skier.

Une telle augmentation du nombre de touristes à Banff, une municipalité de quelque 9 300 habitants, entraîne des répercussions sur l'économie locale.

Au restaurant Park Distillery, les tables sont presque toujours pleines et les files d'attente s'allongent, surtout les week-ends.

« On pense toujours qu'il y aura une petite accalmie en janvier, explique le serveur Blair Cowan. Mais pas cette année. Janvier a été un très bon mois et février a été encore meilleur ».

S'il remarque que les clients en provenance des États-Unis sont plus nombreux, M. Cowan remarque aussi que les travailleurs du secteur pétrolier se font plus rares.

« Ils ne dépensent plus, a-t-il noté. Cette clientèle locale nous tiendrait encore plus occupés si elle s'ajoutait à tous ces touristes ».