Retour

Tramways de Toronto : Bombardier ajoute une chaîne d’assemblage à Kingston

Faisant face à des mois de retards dans la livraison des nouveaux tramways de Toronto, Bombardier appelle son usine de Kingston en renfort.

Cette deuxième chaîne d’assemblage s’ajoute à celle de Thunder Bay, qui est déjà à « pleine capacité », selon le fabricant.

De nouveaux emplois doivent être créés à Kingston, mais Bombardier n’a pas précisé combien.

Selon le calendrier de production initial, Toronto devrait avoir près de 150 nouveaux tramways en service présentement. Or, Bombardier ne lui en a livré qu'une soixantaine jusqu'à maintenant.

Bombardier dit avoir « exigé » de ses fournisseurs « des mesures correctives afin d'améliorer la performance et d'accélérer les livraisons » et avoir redressé la barre dans la production à la fin 2017.

Bombardier promet de livrer 65 tramways à Toronto cette année, soit autant que durant les quatre dernières années combinées.

Toronto sceptique

La Commission de transport de Toronto (CTT), qui gère le transport en commun dans la Ville Reine, qualifie l'ajout d'une deuxième chaîne d'assemblage de « chose à faire » dans les circonstances.

Toutefois, après de multiples violations du calendrier de livraison dans le passé, la CTT « attend » de voir si Bombardier va respecter sa nouvelle cible.

Bombardier assure que l'ensemble des 204 tramways commandés par Toronto seront livrés d'ici la fin de 2019, comme le prévoit le contrat de 1 milliard de dollars signé en 2009.

De son côté, la CTT continue à évaluer différentes « options », y compris l'ajout d'autobus le long des lignes de tramways, si la Ville n'a pas assez de nouveaux trams pour remplacer ses vieux véhicules.

Toronto réclame d'ailleurs 50 millions en indemnités à Bombardier, à cause du coût des réparations effectuées à ses vieux trams pour prolonger leur durée de vie.

Plus d'articles