Retour

Trans Mountain : Kinder Morgan ne veut plus faire de concessions

Le PDG de Kinder Morgan, Ian Anderson, a déclaré vendredi qu'il refusait de faire davantage de concessions dans le dossier d'expansion du pipeline Trans Mountain. Une déclaration qui laisse présager un affrontement avec le futur gouvernement néo-démocrate probable de la Colombie-Britannique.

« Nous continuerons d’écouter, mais à ce stade, je n’ai pas prévu de concessions pour prolonger les discussions », a déclaré le dirigeant vendredi après l’ouverture des marchés boursiers, sur lesquels Kinder Morgan s’est lancée il y a quelques jours.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti vert ont annoncé en début de semaine une alliance en vue de former un gouvernement minoritaire néo-démocrate en Colombie-Britannique qui prévoit de s’opposer farouchement au projet Trans Mountain. Lors des élections provinciales du 9 mai, ils ont obtenu respectivement 41 et 3 sièges, tandis que le Parti libéral de la première ministre sortante a remporté 43 sièges.

Ian Anderson a ajouté qu’il était enclin à rencontrer le NPD et les verts, même si le précédent gouvernement a déjà approuvé le projet de pipeline de 7,4 milliards de dollars. Ottawa a également donné son feu vert en décembre.

Kinder Morgan « préparée » à des manifestations

Malgré le climat politique incertain en Colombie-Britannique et les nombreuses manifestations contre Trans Mountain qui ont déjà eu lieu, Ian Anderson demeure confiant. « Je ne prévois pas de difficultés pendant notre phase de construction, qui doit débuter à l’automne », a-t-il affirmé, ajoutant que l’entreprise serait respectueuse de toute manifestation pacifique tant qu’elle ne contrevient pas à la loi.

Dans le cas contraire, Kinder Morgan fera intervenir les autorités : « Nous sommes très bien préparés », assure-t-il.

Le NPD et le Parti vert n’ont pas spécifié comment ils comptaient faire cesser le projet. Le chef des verts, Andrew Weaver, qui a fait partie des intervenants lors des consultations de l’Office national de l’énergie (ONE) dans le dossier Trans Mountain, a déclaré qu’il serait ravi de discuter de ses inquiétudes avec Ian Anderson. Il estime que le processus au sein de l’ONE n’a pas répondu aux interrogations et aux risques soulevés par le projet.

Plus d'articles

Commentaires