Retour

Trans Mountain : Scott Moe se rallie à l’Alberta

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, s'est rangé lundi du côté de son homologue albertaine Rachel Notley. Il affirme que son gouvernement déposera un projet de loi, dans les prochains jours, pour empêcher l'acheminement de pétrole vers la côte ouest, si la Colombie-Britannique continue à s'opposer à l'expansion du pipeline Trans Mountain.

La décision fait suite au dépôt d'un projet de loi en Alberta qui donnerait à son ministre de l'Énergie le pouvoir d'imposer des sanctions à la Colombie-Britannique pour tout retard dans le projet de l'oléoduc.

Scott Moe souhaite lui aussi déposer un projet de loi allant dans ce sens en Saskatchewan. Il souhaite cependant qu'Ottawa fasse tout ce qui est en son pouvoir pour que le projet aille de l'avant.

Néanmoins, dit-il, si l'Alberta coupait l'acheminement de pétrole vers la Colombie-Britannique, la Saskatchewan ferait de même.

Le gouvernement saskatchewanais précise que certains détails doivent encore être déterminés dans une telle législation, mais qu'elle ressemblerait à celle de l'Alberta. Elle toucherait par exemple les permis d'exploitation des produits énergétiques.

Le gouvernement de Scott Moe souhaite adopter ce projet de loi le plus rapidement possible.

L’opposition néo-démocrate de la Saskatchewan ne compte pas l'appuyer dans cette démarche. Le Nouveau parti démocratique (NPD) estime que la mise en place d'une telle législation ne résoudra pas le conflit. Son chef Ryan Meili croit que cette dispute est un ressort du gouvernement fédéral et qu'Ottawa devrait faire preuve de leadership dans cette affaire.

Selon Scott Moe, les retards du projet Trans Mountain ont des impacts d'environ 1,8 milliard de dollars par an sur l'économie de la Saskatchewan.

Avec les informations d'Andréanne Apablaza.

Plus d'articles