C'est le quotidien de dizaines de techniciens en entretien éolien en Gaspésie. C'est aussi un métier en vogue.

L'entreprise Cartier Énergie vient d’embaucher 10 travailleurs de plus. L’entreprise est désormais en charge de l’entretien de cinq parcs qui comptent au total 393 éoliennes d'une puissance globale de 589 mégawatts.

L'entretien général a lieu deux fois par an. C’est le cas ces jours-ci au parc éolien de Carleton-sur-Mer. Deux techniciens sont affectés à l’éolienne 14 d’une puissance de 5 mégawatts (MW). L’éolienne est stoppée. Hommes, machines et outils sont à 100 mètres du sol.

Le technicien de Cartier Energie Michael Henry explique qu'il vaut mieux vaut prévenir que remplacer à grand frais, avec une grue, un roulement défectueux. Le directeur des affaires publiques, Luc Leblanc, estime que ce travail de prévention est essentiel. « Pour justement s'assurer que lorsqu'il vente nos éoliennes sont vraiment en parfait état pour récolter l'énergie qui est produite par le vent », indique-t-il.

Une éolienne rapporte en moyenne 1000 $ par jour.

Maintenant que le contrat de service du fabricant General Electric est terminé, Cartier Energie doit entretenir seul presque 400 éoliennes. Cartier énergie estime que l'expertise lui permettra de remplir efficacement ses contrats de 20 ans avec Hydro-Québec.

Plus d'articles

Commentaires