Retour

Tremblant se fera plus belle... et probablement plus chère, l'hiver prochain

Une remontée plus moderne, des bâtiments agrandis, de nouveaux sous-bois à découvrir; le propriétaire de la station de ski Mont-Tremblant investira 17 millions de dollars pour améliorer ses infrastructures en vue de la saison 2018-2019. Les prix pourraient cependant grimper. D'ailleurs, le coût des nouveaux laissez-passer fait déjà bondir les habitués.

Un texte de Jérôme Labbé

La plus célèbre station de ski des Laurentides a changé de mains, l'an dernier, après le rachat d'Intrawest Resorts Holdings par l'entreprise américaine Aspen Skiing et la société d'investissement en capital KSL Capital Partners.

Mais depuis janvier dernier – et après une importante réorganisation des propriétés de ces deux groupes, qui comptent maintenant 12 stations aux États-Unis et au Canada –, la société propriétaire de Mont-Tremblant a un nouveau nom : Alterra Mountain Company.

Cette dernière a lancé lundi un plan d'investissement de 555 millions de dollars américains sur cinq ans, dont 130 millions dès cette année.

Parmi les projets retenus pour Mont-Tremblant figure le remplacement de la remontée triple fixe Lowell Thomas, qui dessert la partie supérieure du versant nord. Celle-ci sera entièrement remplacée par un modèle quadruple débrayable du fabricant Doppelmayr, ce qui augmentera sa capacité de 600 skieurs par heure.

Le Grand Manitou, le bâtiment principal situé au sommet de la montagne, bénéficiera aussi d'un agrandissement qui permettra l'ajout de 400 places assises, en plus du réaménagement complet de l'espace de restauration. Les travaux, qui auront lieu au cours de l'été, entraîneront la fermeture du restaurant, mais une aire temporaire sera aménagée pour accommoder les randonneurs et autres visiteurs estivaux.

Parmi les autres aménagements prévus pour la saison 2018-2019, mentionnons :

  • L'agrandissement de la Fourchette du diable, un chalet situé à la base nord de la montagne;
  • L'ouverture de cinq nouveaux sous-bois d'une superficie de 50 acres;
  • L'acquisition d'une nouvelle dameuse et de 31 canons à neige à haute efficience;
  • La rénovation des salles de bain du Chalet des voyageurs;
  • Le renouvellement d'une partie de la flotte d'équipement de location haute performance;
  • Le remplacement de 150 voiturettes de golf.

« Les changements majeurs qu'on fait, c'est surtout pour augmenter la capacité d'accueil et non parce que nos installations étaient vétustes », a expliqué Patrice Malo, président et chef d'exploitation de Station Mont-Tremblant, ajoutant que l'achalandage s'est accru au cours des dernières saisons. Il estime le nombre de visites à un peu plus de 2,5 millions par année, été comme hiver.

Mais à quel prix?

Le tarif des billets de ski pour la saison prochaine n'a pas encore été défini. « Des discussions sont en cours », explique M. Malo.

Le grand patron de Mont-Tremblant laisse toutefois entendre que les skieurs pourraient devoir débourser un peu plus que cette année. « Le coût de la vie augmente toujours, souligne-t-il. Les utilisateurs doivent s'attendre à des augmentations qui doivent être en ligne avec ça. »

Déjà, le prix et les avantages des laissez-passer saisonniers dévoilés dans les dernières semaines font réagir sur Internet.

Des commentaires rédigés par des habitués sur le blogue et la page Facebook de Mont-Tremblant dénoncent l'abandon des laissez-passer « étudiant » et « sublime » au profit d'un laissez-passer « Tonik » moins avantageux, selon eux.

Celui-ci, lancé mardi dernier, donne accès pendant 118 jours à la montagne, dont 28 la fin de semaine, selon un calendrier déterminé. Or, pour le même prix, le laissez-passer « sublime » donnait accès à 33 jours de fin de semaine, tandis que le laissez-passer « étudiant » offrait une foule de privilèges (des chocolats chauds gratuits, des rabais sur les cours de ski et sur la location d'équipement, etc.) pour lesquels il faut maintenant payer un forfait à 75 $.

« J’adore Tremblant, mais les nouveaux prix annoncés sont une claque au visage de ceux et celles qui forment la base de la montagne, écrit par exemple Kevin L'Espérance sur Facebook. En annonçant des prix injustifiés et des inégalités dans le statut des étudiants et étudiantes, la montagne risque de perdre son noyau qui compte le plus de descentes par année et qui risque d’être le plus fidèle au passage à la vie de famille. En plus, ces prix dérisoires brisent l’esprit de communauté et de convivialité qui existe sur la montagne. Ça va séparer des groupes et c’est quelque chose de réellement triste. »

« On est à l'écoute des commentaires de la clientèle présentement, répond Patrice Malo. Il y a peut-être certains ajustements qui vont être vus, particulièrement sur la passe "étudiante". »

Le président et chef de l'exploitation de Mont-Tremblant persiste toutefois à dire que l'offre de produits mise de l'avant – y compris le nouveau laissez-passer saisonnier « Ikon », qui donne aussi accès à 25 autres stations de ski en Amérique du Nord – est « très, très, très satisfaisante ». Il entrevoit d'une manière positive la prochaine saison, « particulièrement avec les nouveaux investissements qu'on annonce aujourd'hui ».