Retour

Trois autres succursales des Caisses Desjardins ferment dans l’Est

À compter du vendredi 30 décembre, les citoyens de Saint-Octave-de-Métos, de La Rédemption et de Saint-Damase n'auront plus accès aux services des Caisses Desjardins dans leur municipalité.

D’après le reportage de Léa Beauchesne

La fermeture des trois points de services s'ajoute à celles des dernières années annoncées partout dans l'Est du Québec, de la Haute-Gaspésie à la Baie-des-Chaleurs, en passant par la Vallée de la Matapédia.

Le directeur de la Caisse Mont-Joli - Est-de-la-Mitis, François Paquet, assure que les gens auront toujours accès aux mêmes services.

Ils devront cependant se déplaçer dans le village voisin, soit entre 5 et 10 kilomètres au maximum du lieu actuel.

Les membres vont continuer à se prévaloir des services automatisés par téléphone ou internet. Plus de 95 % des transactions se font de cette façon actuellement au Québec. Les gens optent de plus en plus pour la modernité.

François Paquet, directeur de la Caisse Desjardins Mont-Joli - Est-de-la-Mitis

M. Paquet mentionne par ailleurs qu’il n’y aura pas de perte d’emplois.

Difficile à accepter pour le maire de Saint-Damase

À Saint-Damase, la fermeture a été annoncée aux citoyens en septembre. Ils ont exprimé leur opposition, mais la décision était déjà prise.

Selon Desjardins, l'achalandage n'était pas suffisant pour assurer la rentabilité.

Le maire, Jean-Marc Dumont, ne voit pas la situation du même œil.

On est obligés de se battre pour rester en vie et [pour ça], il faut garder nos services. T'en perds un, puis un autre puis un autre. Tu deviens une municipalité fantôme, un dortoir.

Jean-Marc Dumont, maire de Saint-Damase

Selon le maire, cette fermeture va compliquer la vie des personnes âgées ou plus vulnérables, qui tiennent à parler à une personne prête à les aider.

La Caisse prévoit des mesures de transition qui restent à préciser. Au moment de l’entrevue, le directeur n’avait pas sous la main les chiffres sur les économies réalisées par ces fermetures.

Plus d'articles

Commentaires