Retour

Trois solutions pour assurer des services financiers en région

« Ce n'est pas un service public Desjardins », a clamé le président-directeur général du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, en commission parlementaire en mai dernier. Le retrait physique de la coopérative jumelé à la présence surtout urbaine des banques laisse la population sans service de proximité pour les affaires courantes. Quelles solutions peuvent être envisagées pour pallier ce manque?

Un texte de Marie-Josée Paquette-Comeau

Depuis cinq ans, l’Est-du-Québec a perdu 59 centres de services Desjardins. Voici quelques solutions pour combler le vide.

Un guichet indépendant payé par Desjardins

À la suite de la grogne suscitée ce printemps par la fermeture de points de services Desjardins dans les régions du Québec, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et la coopérative ont annoncé la mise en oeuvre d'un projet pilote de guichets automatiques indépendants pour la distribution d’argent comptant.Pour l’heure, seule la municipalité de Kamouraska participera au projet dans l’Est-du-Québec.

Le maire de Kamouraska, Gilles A. Michaud, confirme qu’un guichet sera installé au sous-sol du Musée régional de Kamouraska. Des travaux mineurs, défrayés par la municipalité, seront effectués pour respecter les normes nécessaires à l’emplacement du guichet. Une fois en place, Desjardins assurera l’alimentation en espèces du guichet et les frais inhérents à l’utilisation, et ce, pour une durée de 12 mois.

Des frais de 2 $ par transactions seront exigés, selon le maire suppléant de Kamouraska, Michel Dion. Par contre, il est trop tôt pour savoir si les membres de Desjardins paieront les mêmes frais qu’au guichet de leur institution financière puisque l’annonce officielle de partenariat doit se faire la semaine prochaine, a expliqué le maire suppléant.

C’est pour répondre aux besoins des petits commerçants de la région que le maire de Kamouraska facilite la venue du projet pilote. Cependant, le conseil municipal refuse de s’engager à long terme dans le maintien du service.

C’est ce qui va nous prouver si le milieu en a besoin aussi, ajoute le maire

Une caisse Desjardins mobile

Depuis 2016, un autobus électrique sillonne les régions du Québec pour offrir des services financiers et ainsi appuyer les membres dans la transition numérique. Devant l’attrait de cette offre, Desjardins a envoyé une deuxième caisse mobile sur les routes en 2018.

À l’intérieur, on retrouve un guichet automatique ainsi que des conseillers pour répondre aux questions et aider les membres à effectuer leurs transactions. La caisse mobile a fait escale au Bas-Saint-Laurent l’hiver dernier, mais n’a pas encore franchi la frontière gaspésienne ni nord-côtière.

Qu’est-ce qu’une banque postale?

Conçue à même les bureaux de poste des municipalités, la banque postale se veut une société d’État qui offre sensiblement les mêmes services que les plus grandes institutions financières. Selon le syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) qui fait la promotion de ce modèle, la Banque postale répondrait au désengagement des institutions financières qui délaissent les petites communautés.

Selon la STTP, 45 % des petites villes et collectivités rurales du Canada ayant un bureau de poste ne sont desservies par aucune banque ni coopérative financière. La STTP note que deux millions de citoyens sont sous-bancarisés au pays, dont la majorité dans des communautés autochtones.

La banque postale a pour mission l’inclusion sociale. La société d’État charge des frais bancaires abordables et offre des services aux personnes exclues du système bancaire traditionnel. Le bureau de poste pourrait ainsi devenir un centre de convergence de plusieurs services, dont celui de passeport, de paiements d’impôts, d’accès à l’Internet et même un centre de vigilance auprès de personnes âgées.

Six pays ont déjà adopté la banque postale dont la France et le Royaume-Uni.

L'engagement de Desjardins envers ses membres

Dès qu’une fermeture de points de services est annoncée, plusieurs directions générales de caisses ont confirmé qu’un processus s’enclenche pour soutenir les membres durant la transition. Les solutions sont diverses : accompagnement lors des premières visites sur Accès D, navettes ou covoiturage vers la caisse la plus près, préposés au comptoir attitrés au guichet pour offrir de l’aide, etc. Mais avant tout, Desjardins estime qu’en conservant plus de 2000 guichets ouverts au Québec, ce qu’aucune autre institution ne fait, la coopérative respecte ses engagements.