L'hiver rigoureux et le printemps pluvieux entraînent des pertes de production pour les apiculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui pourrait affecter les revenus de leurs entreprises.

La production de miel commence à peine à l’entreprise Miels Raphaël d’Alma. La situation est anormale pour la mi-juillet. Près du tiers des abeilles n’ont pas survécu à l’hiver.

« Le fait que les ruches ont eu beaucoup de pertes, ce n’est pas nécessairement problématique pour le reste de la saison, affirme le propriétaire, Raphaël Vacher. C’est sûr qu’on va produire moins de miel. Il y a autre chose, la météo ne s’est pas améliorée en juin. Ç’a eu des conséquences sur le développement. »

Le mauvais temps a également facilité la propagation d’une nouvelle maladie, la loque européenne.

Si les pertes subies par les apiculteurs étaient de 5 % à 10 % auparavant, elles atteignent maintenant 25 % en moyenne.

« Une des raisons, c’est que l’agriculture a énormément changé, donc on est rendu avec des grands champs de monoculture, on utilise beaucoup de pesticides aussi aujourd’hui. »

Les pertes pour les Miels Raphaël pourraient atteindre 100 000 $.

D'après les informations de Rosalie Dumais-Beaulieu

Plus d'articles

Commentaires