Retour

Trop tôt pour une 3e phase à l'aluminerie de Sept-Îles

L'aluminium atteint 2 200 dollars américains la tonne sur les marchés internationaux. Un seuil considéré intéressant pour les investisseurs. Le président-directeur général du consortium Alouette, Claude Boulanger, estime toutefois qu'il est trop tôt pour envisager l'ajout d'une troisième phase à l'aluminerie de Sept-Îles

La Chine, qui produit plus de la moitié de l'aluminium mondial, procède à des fermetures d'usines désuètes. L'incertitude politique internationale dicte la prudence, selon Claude Boulanger.

Claude Boulanger estime que les décisions des actionnaires relèvent davantage de la confiance des investisseurs à long terme que du dynamisme du milieu. D'ici là, les études de la troisième phase à Sept-Îles sont prêtes et Alouette continue de maintenir ses installations en bon état en injectant plus de 30 millions par année dans ses installations.

L'Association canadienne de l'aluminium se méfie

Le président de l'Association canadienne de l'aluminium, Jean Simard, se méfie de la hausse récente des prix du métal blanc sur les marchés. Le président, qui représente les 10 alumineries canadiennes dont 9 sont installées au Québec, note d'une part que la bauxite et l'alumine, des intrants pour la production d'aluminium, se paient 40 pour cent plus cher.

Jean Simard observe également que la capacité de production en Chine est en hausse constante, malgré les fermetures d'usines désuètes.

Jean Simard croit que l'industrie canadienne devra se tourner vers l'automatisation pour compenser des coûts de construction trop élevés face à la compétition : « Est-ce qu'on veut se donner le défi de commencer à concevoir l'usine de l'avenir et de faire des investissements qui sont axés vers le futur plutôt qu'un prolongement du passé? Ça soulève toute la problématique des emplois traditionnels, mais ça amène aussi l'opportunité de nouveaux emplois à très haute valeur ajoutée ».

À lire aussi :

D'après les informations de Louis Garneau

Plus d'articles

Commentaires