Retour

Tuberculose bovine : un agriculteur réclame l’aide du fédéral

Lors de son audition devant le Comité permanent de l’agriculture et de l’alimentation, Brad Osadczuk a affirmé qu’il vivait des moments difficiles depuis que son troupeau a été placé en quarantaine le mois dernier.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments avait pris cette décision après la découverte d’un cas de tuberculose bovine dans sa ferme. Cinq autres de ses bêtes ont ensuite été contaminées par la maladie.

Brad Osadczuk rappelle que ses animaux ne peuvent être vendus avant la fin de l'enquête de l'agence fédérale et que celle-ci pourrait durer plusieurs mois. Il soutient que pendant ce temps, il est contraint de nourrir ses bêtes sans recevoir d'indemnités de la part du gouvernement fédéral.

« Nous devons des centaines de milliers de dollars à la banque. D’ailleurs, tout cet argent ne servira en fait qu’à nourrir des bêtes qui, au bout du compte, vont mourir », a-t-il affirmé devant le comité.

Des députés conservateurs écrivent une lettre au gouvernement

À Ottawa, des députés conservateurs fédéraux ont écrit au ministre fédéral de l’Agriculture, Lawrence MacAulay, pour réclamer un financement provisoire pour les fermiers touchés par l’épidémie de tuberculose bovine.

Ces députés, dont trois siègent au Comité permanent de l’agriculture et de l’alimentation, demandent également à l’Agence canadienne d’inspection des aliments de faire progresser l’enquête plus rapidement pour diminuer les pertes financières.

« J'ai demandé à mon ministère d'examiner ce dossier pour corriger cette situation », a déclaré le ministre Lawrence MacAulay. « Ayant été un agriculteur, je comprends parfaitement les coûts qu’une telle situation peut occasionner. »

Selon le gouvernement, plus de 18 000 bêtes ont été placées en quarantaine par l’Agence canadienne d’inspection des aliments dans 36 fermes du pays.