Retour

Tunnel sous le détroit de Belle Isle : l’opposition à Terre-Neuve dénonce les coûts d'une nouvelle étude

Les partis d'opposition à Terre-Neuve-et-Labrador dénoncent l'intention du gouvernement de dépenser jusqu'à 750 000 $ pour faire une nouvelle étude de faisabilité d'un tunnel sous le détroit de Belle Isle.

Un tunnel d’environ 17 km pourrait être construit sous la partie la plus étroite du détroit, ce qui relierait 26 000 résidents de la terre ferme à l’île de Terre-Neuve. À l'heure actuelle, le seul moyen de franchir le détroit est un traversier.

Les partis d’opposition affirment que même si ce rêve de longue date était viable, la province connaît une crise financière depuis la baisse du prix du pétrole.

Malgré des compressions budgétaires et des hausses de taxes, le gouvernement prévoit un déficit de 1,6 milliard de dollars cette année. De plus, les coûts du projet hydroélectrique de Muskrat Falls sont maintenant estimés à 11,4 milliards de dollars, soit à 4 milliards $ de plus qu’au départ.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Earle McCurdy, estime que l’argent des contribuables devrait servir à répondre à des besoins plus pressants qu’une nouvelle étude.

Le gouvernement libéral de Dwight Ball explique que cet argent a été inscrit dans le dernier budget comme une mesure de diversification économique, et qu’il n’a pas encore été dépensé.

Le député progressiste-conservateur Barry Petten rappelle qu’une étude effectuée il y a 12 ans a déjà proposé la construction d’un tunnel d’une voie où circulerait un train fonctionnant à l’électricité. Ce projet qui était estimé à 1,7 milliard de dollars et à 11 ans de travaux n’a jamais été entrepris.

Des gens d’affaires optimistes

L’homme d’affaires Danny Dumaresque, ancien président du Parti libéral et partisan du projet de tunnel, affirme que cette étude est périmée et qu’elle ne portait pas sur un modèle d’affaires. Il croit que le secteur privé investirait dans le projet et que le tunnel serait rentable à la longue.

Des Whalen, président de la Chambre de commerce de Saint-Jean, estime qu’un tunnel changerait bien des choses. Il souligne que plusieurs infrastructures de transport dans la province sont déjà construites à l’aide de partenariats publics-privés. Cela crée des occasions d’emplois, dit-il.

M. Whalen affirme qu’il faut faire une étude détaillée des coûts-bénéfices d’un tunnel en tenant compte des réseaux routiers de Terre-Neuve, du Labrador et du Québec.

Plus d'articles

Commentaires