Retour

U.S. Steel Canada veut plus de temps pour relancer ses opérations

Un an après s'être placée à l'abri de ses créanciers, U.S. Steel Canada demande à la cour un prolongement et plus de financement pour restructurer ses activités.

L'aciérie estime qu'elle devra fermer ses usines d'Hamilton et de Nanticoke d'ici la fin de l'année si la cour n'ordonne pas le prolongement des arrangements qui viennent à échéance en décembre 2015.

En 2014, U.S. Steel Canada avait obtenu un prêt de 185 millions de dollars de la maison-mère aux États-Unis. Cet argent devait l'aider à payer ses employés jusqu'en décembre 2015, tout en élaborant un plan de relance.

Par voie de communiqué, la compagnie canadienne dit qu'une partie de sa production sera par ailleurs déplacée vers les États-Unis dès le mois d'octobre à la suite d'une décision de la maison-mère, ce qui empire sa situation.

U.S. Steel Canada veut notamment suspendre le paiement des avantages sociaux des employés ainsi que le versement d'impôts fonciers. Les paiements aux retraités actuels sont protégés.

L'entreprise canadienne accumule des dettes depuis plus de cinq ans. Elle compte 2 200 employés dans le sud-ouest de l'Ontario.

Plus d'articles

Commentaires