L'expansion des activités d'Amazon à Vancouver reçoit un accueil doux-amer dans la ville qui est aux prises avec une crise immobilière et du logement.

Certains craignent que l’arrivée de 3000 travailleurs ajoute encore plus de pression sur le marché immobilier et locatif. « Ça exacerbera la crise immobilière. Vous avez plus de gens, qui font plus d’argent et qui déplaceront des gens qui en font moins », soutient Joe Bowser un concepteur de programme pour Adobe.

L’homme travaille dans la région depuis une dizaine d’années, mais vit à Burnaby parce qu’il n’a pas les moyens de s’acheter une propriété à Vancouver. Il reconnaît que l’arrivée d’Amazon est une bonne nouvelle pour les travailleurs de son domaine, mais s’inquiète tout de même des effets qu’elle aura sur la région qui affiche déjà un taux d'inoccupation très bas.

« Les stagiaires [chez Amazon] font 75 000 $ ou 80 000 $ par année, encore à l’école à faire cet argent, ils déplaceront les gens [du marché locatif] qui font 40 000 $ ou 50 000 $. Ils paieront pour le logement dont le prix a augmenté et que vous ne pouvez plus payer », prévoit-il.

Un effet sur les salaires?

Il est difficile de prévoir combien les employés d’Amazon à Vancouver gagneront. La compagnie révèle que le salaire médian de ses travailleurs se situait à 36 568 $ (28 446 US$) en 2017. Toutefois, la vaste majorité d’entre eux étaient des employés dans les entrepôts.

Des données glanées dans différents rapports avancent par ailleurs que le salaire médian des cols blancs pour Amazon se situe plutôt aux environs de 128 550 $ (100 000 US$) par année. Comme le salaire annuel pour un ingénieur informatique était d’environ 60 000 $ l’an dernier à Vancouver, les salaires d’Amazon pourraient mettre de la pression pour que les salaires dans l’ensemble du secteur de la technologie augmentent dans la ville.

Le PDG de l’entreprise Steamclock Software dans le quartier Gastown de Vancouver pense que le secteur des technologies profitera de la plus grande présence d’Amazon dans la ville et qu’elle agira comme un incubateur. Toutefois, il reconnaît que la compagnie entraînera d’autres effets sur la ville. « Étant donné la situation du logement à Vancouver, les salaires doivent augmenter pour que les gens vivent ici. Mais, évidemment si seulement certains salaires augmentent, ça peut augmenter le coût pour les gens qui ne travaillent pas chez Amazon ».

Avec des informations de Justin McElroy CBC

Plus d'articles