Retour

Un bon début de saison pour la fraise du Québec

La saison s'annonce bonne pour les producteurs de fraises : les fraises hâtives sont déjà présentes en grand nombre sur les tablettes et dans les kiosques du Québec. La récolte globale de cette année pourrait même être de 15 à 20 % plus importante que l'an dernier.

Le président de l'Association des producteurs de fraises et framboises du Québec David Lemire rapporte que ce début de saison se fait dans les dates habituelles, et ce, malgré un printemps froid. « On s'attendait à ce que ça commence plus tard », a-t-il admis en entrevue à l'émission Chez nous le matin.

David Lemire, qui est aussi propriétaire de la ferme horticole Gagnon à Trois-Rivières, dit avoir commencé les récoltes de fraises le 1er juin dernier. Environ 20 % de sa production de fraises est consacré aux fraises hâtives, qui ont passé l'hiver sous des bâches.

L'hiver clément explique en bonne partie le bon début de saison. Il a entre autres permis aux plants de fraises d'être plus généreux qu'à la normale, n'ayant pas été mis à rude épreuve par le froid. « On part à plein potentiel », explique David Lemire.

L'autocueillette un peu retardée

Si les fraises hâtives ont un début de saison en lion, les fraises standard pourraient se faire attendre de 7 à 10 jours comparativement à la normale. Cela pourrait donc retarder un peu l'autocueillette de fraises, qui pourrait débuter vers le début du mois de juillet.

L'abondance attendue de fraises cet été pourrait aussi avantager le consommateur : comme le fruit est très fragile, il doit être vendu rapidement après avoir été cueilli. « S'il y a un produit horticole directement lié à l'offre et la demande, c'est la fraise, explique David Lemire. Dès que les stocks sont prêts, il faut la vendre et le marché s'ajuste. »

Plus d'articles

Commentaires