Retour

Un catalyseur pour favoriser la réussite des Noirs en affaires

L'entrepreneuriat est au coeur du deuxième Forum économique international des Noirs qui se déroule en fin de semaine au Centre des sciences de Montréal. Les participants misent sur le développement économique et l'entrepreneuriat au sein des communautés noires pour lutter contre les iniquités qui persistent. Québec dévoilera un plan d'action sous peu.

Cette seconde édition du Forum économique international des Noirs, qui a pour thème Des bonds vers la prospérité, devrait attirer plus de 400 participants qui pourront profiter des conseils d'une trentaine d'experts. Les affaires, l'entrepreneuriat et le milieu de travail sont au coeur des échanges.

Ce forum, qui se veut un catalyseur pour favoriser la réussite en affaires de ces communautés, vise principalement à trouver des moyens pour permettre aux Noirs de gravir les échelons et de percer le monde des affaires.

Il regroupe entrepreneurs, professionnels, organisateurs communautaires, étudiants et universitaires désireux de développer des communautés noires prospères.

En discutant de prospérité et des moyens pour y arriver, la présidente fondatrice du Forum, Kerlande Mibel, espère que sa communauté puisse prendre conscience de sa valeur et se faire davantage confiance.

« L’idée, c’est de dire : "est-ce qu’on est capable de se mettre ensemble, de se réunir, les talents, les ressources des communautés noires pour essayer de trouver des solutions à des enjeux qui nous concernent" », a-t-elle déclaré.

Kerlande Mibel mentionne avoir identifié neuf enjeux, dont l’innovation en éducation, les technologies, l’accès à la propriété et les façons de se bâtir une influence, pas seulement au sein des communautés, mais dans les différentes sphères décisionnelles.

« Est-ce qu’on ne peut pas prendre ces intelligences-là et les mettre au profit des communautés noires? On a plein de riches. On des millionnaires, des multimillionnaires, mais nos communautés ne sont pas prospères. Et nous ce qu’on veut […] c’est bâtir des collectivités fortes économiquement », a dit Mme Mibel.

Des modèles positifs

Célébrer les réussites des personnes issues de la communauté noire contribue à améliorer l’image socialement véhiculée, selon Jacques Ulysse, directeur général adjoint à la Ville de Laval.

« Il est important pour les jeunes noirs d’avoir des modèles. Il est important pour eux de savoir qu’ils peuvent compter sur l’expérience des gens qui sont passés par différents chemins », estime-t-il.

Fabrice Vil, un participant rencontré sur place, croit à l’inclusion et à l’affirmation de soi.

Des mesures attendues

Présente au Forum, Dominique Anglade, ministre québécoise de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, a profité de l'occasion pour dire que de nouvelles mesures pour aborder le thème de la diversité culturelle et de l’entrepreneuriat seront annoncées au cours du mois d’avril.

La ministre Anglade estime qu’il y a un important travail de sensibilisation à faire auprès des entreprises et un travail de réseautage à mener.

La vice-première ministre du Québec a raconté sa première expérience de travail où elle se rappelle avoir été victime de discrimination.

« Moi, quand j’ai commencé à travailler à 22 ans, j’étais quatre fois une minorité dans mon emploi. Alors c’est sûr que tu es obligée d’être créative dans la manière dont tu approches les problèmes », a-t-elle relaté.

Mme Anglade a été discriminée sur la base de l’âge, du sexe, de l’origine ethnique et de la langue, car, à l’époque, elle travaillait dans un milieu anglophone.

Avec les informations de Chu Anh Pham, Michel Marsolais et Sarah Sanchez

Plus d'articles

Commentaires