Depuis le budget déposé la semaine dernière, les Québécois propriétaires d'une habitation sont admissibles à un crédit d'impôt remboursable pour des rénovations. Le crédit RénoVert succède au crédit LogiRénov et se veut beaucoup plus ciblé.

Un texte de Mathieu Dion

« Ce crédit d'impôt s'inspire du succès remarquable de LogiRénov mis en place dès avril 2014 par notre gouvernement », a souligné le ministre des Finances, Carlos Leitao.

Succès peut-être, mais moins grand que prévu, puisque seulement 250 des 330 millions de dollars annoncés en crédits d'impôt pour le programme LogiRénov ont été dépensés en 2014-2015, selon les évaluations du gouvernement.

La différence avec RénoVert

Presque tous les types de travaux de rénovation étaient admissibles. Le crédit de 20 % s'appliquait à toute dépense excédant 3000 $, pour une subvention maximale de 2500 $.

Cette fois-ci, le crédit d'impôt RénoVert concerne la rénovation écoresponsable. Il ne s'appliquera donc pas à ceux qui souhaitent rénover leur cuisine ou leur salle de bain.

Les rénovations doivent, par exemple, toucher l'enveloppe de l'immeuble, c'est-à-dire les fenêtres et l'isolation, les systèmes de chauffage et de ventilation ou les fosses septiques. Bref, ce qui peut augmenter le rendement écoénergétique de l'habitation.

Les 175 millions de dollars disponibles jusqu'au 30 septembre 2017 proviennent du Fonds vert, payé par la taxe sur l'essence et les recettes du marché du carbone.

Le crédit d'impôt RénoVert de 20 % est accordé aux dépenses excédant 2500 $, pour un maximum de 10 000 $. Pour atteindre cette limite, il vous faudrait dépenser au moins 52 500 $. Afin d'en profiter, vous devrez avoir signé une entente avec un entrepreneur reconnu avant le 1er avril 2017.

Pour ce programme, le gouvernement québécois prévoit des retombées de plus de 1 milliard de dollars. L'objectif est moins ambitieux que LogiRénov, qui tablait sur des retombées de 3 milliards.

Tout savoir sur le budget du Québec

Plus d'articles

Commentaires