Retour

Un employé du Centre de données fiscales de Jonquière témoigne des ratés de Phénix

Cela fera bientôt deux ans que des milliers d'employés fédéraux au pays sont victimes des ratés du système de paie Phénix. Certains d'entre eux travaillent au Centre de données fiscales à Saguenay. Leur syndicat réclame des mesures pour les aider.

Pierre-Edward Procyk était loin d’imaginer que son embauche au Centre de données fiscales de Jonquière il y a deux ans, se transformerait en véritable cauchemar.

Problèmes de paiements, erreurs de calcul, périodes de travail sans rémunération. Les problèmes vécus par les fonctionnaires du gouvernement canadien sont nombreux depuis l’implantation du système de paie, Phénix en février 2016.

Au cours des derniers mois, il a été aux prises avec des périodes sans salaire, des problèmes de paiements, des erreurs de toute nature sur son chèque de paie.

1000 employés fédéraux touchés dans la région

Selon l'Alliance de la Fonction publique du Canada, environ 1000 employés fédéraux dans la région seraient touchés par cette situation.

La vice-présidente du syndicat pour le Québec, Magalie Picard, déplore l'inaction du gouvernement Trudeau et les solutions mises en place pour aider les victimes des ratés du système.

Elle fait remarquer qu'avec les avances de salaire que le gouvernement doit faire à certains employés qui n'ont pas reçu de paie depuis plusieurs semaines, voire des mois, les employés concernés se retrouvent très souvent coincés au plan fiscal.

Malgré le salaire et les conditions de travail, Pierre-Edward Procyk songe à quitter son emploi au Centre de données fiscales.

« Le temps au travail que je n'ai pas pu passer sur des dossiers, je l'ai passé au téléphone. À essayer de savoir qu'est-ce que qui se passe! Mon contrat se termine le 26 janvier, pis j'ai l'intention d'aller voir ailleurs, parce que je suis brûlé », explique Pierre-Édouard Procyk.

L'Alliance de la Fonction publique du Canada attend avec impatience le deuxième rapport du Vérificateur Général du Canada et compte demander à Ottawa une enquête nationale publique sur le dossier Phénix.

D’après le reportage de Frédéric Tremblay