Retour

Un groupe de travail étudiera les retombées économiques du service de traversier de Wood Islands à l'Î.-P.-É.

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard crée un groupe de travail pour étudier les retombées économiques du service de traversier qui relie Wood Islands à Caribou en Nouvelle-Écosse.

En annonçant la formation du groupe de travail, le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan, a expliqué que le but est de trouver des arguments pour convaincre Ottawa de la nécessité du service. « Notre gouvernement est convaincu que deux traversiers sont nécessaires pour assurer le service », peut-on lire dans un communiqué publié vendredi.

Selon le gouvernement provincial, le service de traversier injecte 27 000 000 $ annuellement dans l'économie de l'Île-du-Prince-Édouard lorsque les deux traversiers sont en service.

Trois résidents de l'est de la province constituent le groupe de travail : Ray Keenan de Rollo Bay, Audrey Shillabeer de Belfast et Scott Annear de Montague. Le groupe doit présenter ses recommandations en juin. Le document sera remis aux autorités fédérales, de qui le service de traversier relève.

L'idée du groupe de travail a été proposée par la députée d'opposition de Belfast-Murray River, Darlene Compton. Elle a reçu un appui unanime à l'Assemblée législative.

À l'été 2016, un seul traversier a assuré la liaison maritime entre Wood Islands et Caribou pendant que l'autre était en cale sèche pour des réparations.

Le gouvernement provincial avait réclamé l'ajout d'un deuxième navire, en vain.