Retour

Un livreur de pizza de Domino’s payé en deçà du salaire minimum pendant 4 ans

Un père de Mississauga, en banlieue de Toronto, a porté plainte auprès du ministère du Travail contre la chaîne de pizzerias Domino's, après avoir été payé en deçà du salaire minimum pendant plus de quatre ans, en tant que livreur et aide-cuisinier.

La raison : Juan Jose Lira Cervantes avait été embauché comme « travailleur indépendant » plutôt qu’employé.

L'homme de 50 ans n’avait pas droit à des vacances payées non plus.

Après la hausse du salaire minimum en Ontario à 14 $ l’heure en janvier dernier, M. Cervantes s’est mis à se demander pourquoi il ne gagnait que 8 $ l’heure, plus les pourboires.

Renvoyé

Un peu plus d’un mois après avoir porté plainte auprès du ministère du Travail, le nom de M. Cervantes a été supprimé de l’horaire de travail à la succursale Domino’s où il travaillait.

« Je ne m’attendais pas à ça après quatre ans et quatre mois. Je voulais juste faire quelque chose de bien, pas seulement pour moi, mais aussi pour ma famille », raconte le père de six enfants, dont quatre habitent encore avec lui.

Son patron lui a offert de récupérer son poste et d'être reclassé comme employé de la chaîne, après que CBC eut contacté Domino's.

Toutefois, M. Cervantes a plutôt choisi de maintenir sa plainte contre la compagnie. « Si j'avais accepté [l'offre de mon patron], le public n'aurait jamais su que le système en place à Domino's ne fonctionne pas », explique-t-il.

Cas similaire à Guelph

Un autre livreur de Domino's, cette fois-ci à Guelph, a raconté à CBC qu'il a été payé 5 $ l'heure en 2017, après avoir été embauché lui aussi comme travailleur indépendant plutôt qu'employé.

Kyle Novak, qui était étudiant au doctorat à l'époque, a démissionné de son poste une semaine plus tard, pour un autre emploi plus lucratif.

Après avoir porté plainte auprès du ministère du Travail, il a obtenu près de 200 $ en salaire non payé, en d'une compensation pour les vacances. Domino's n'a pas contesté sa réclamation.

Domino's enquête

Les propriétaires de la succursale de Mississauga où travaillait M. Cervantes n'ont pas répondu aux appels de CBC.

Toutefois, un porte-parole de Domino's Pizza International indique que la chaîne enquête sur ce qui s'est passé.

Jeff Kacmarek dit que la compagnie incite ses franchisés à embaucher les livreurs comme employés, et non pas comme travailleurs indépendants. Mais la décision revient à chaque propriétaire, ajoute-t-il.