La 89e assemblée générale annuelle de l'Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), qui a eu lieu jeudi à Alfred, représente en quelque sorte un tournant dans l'histoire de l'organisme.

Un texte de Denis Babin

D’une part, l’UCFO, qui représente et défend les intérêts des cultivateurs francophones de la province, va déménager son bureau central et l’équipe du journal Agricom, propriété de l’organisme, sur le campus d’Alfred d’ici les deux prochaines semaines.

Selon le directeur général de l’UCFO, Simon Durand, l’objectif est de « bâtir une synergie la plus forte possible » entre l’organisme, son journal et la Ferme d’éducation et de recherche du campus d’Alfred (FERCA) qui est parrainée par l’Union.

« Nous, on croit au projet [de sauvegarde du campus d’Alfred]. On l’habite et on l’assume pleinement », affirme Simon Durand.

Entente imminente entre l'UCFO et la province

D’autre part, l’UCFO est sur le point de conclure une entente avec la province pour l’acquisition du Lower Campus [la partie inférieure du campus] où se trouve la FERCA.

« On finalise les négociations. Il reste encore quelques détails à régler. Pour nous, d’avoir une ferme en opération sur le site où sont donnés les cours théoriques, c’était à la fois un outil de recrutement incontournable pour permettre au Collège d’être crédible », ajoute le directeur général de l’UCFO.

Si l’avenir du Lower Campus semble assuré, celui du Upper Campus [la partie supérieure] qui comprend la bâtisse administrative où La Cité dispense ses programmes est toujours incertain à l’heure actuelle.

Toutefois, un groupe chapeauté par la Société de développement communautaire Prescott-Russell (SDCPR), la seule entité à avoir manifesté son intérêt pour acquérir la partie supérieure de la propriété, vient de recevoir une bonne nouvelle.

Un comité, formé de fonctionnaires provinciaux et fédéraux, a été créé afin de travailler en collaboration avec la SDCPR et ses partenaires afin de faire avancer ce dossier pour le moins complexe.

« [Ils] vont s’asseoir à la table [...] pour regarder comment on pourrait redévelopper le plan d’affaires que nous avons soumis à Infrastructure Ontario », confie le directeur général de la SDCPR, John Candie.

Le campus d’Alfred, qui comprend 13 bâtisses et plus de 140 hectares de terres agricoles, arrive au premier rang des propriétés sous-utilisées ou excédentaires dont le gouvernement ontarien veut se départir.

Selon John Candie, c’est ce qui explique la lenteur et la lourdeur du processus.

« C’est quand même assez vieux. Il y a de l’argent encore qui doit encore être investi. C’est pourquoi nous prenons notre temps. [...] C’est sûr qu’on ne veut pas se retrouver avec un fardeau sur les épaules », explique John Candie.

Avec leur projet, la SDCPR et ses partenaires veulent élargir la vocation du campus tout en maintenant la mission éducative et formative de La Cité qui a pris la relève de l’Université de Guelph en 2015.

La première rencontre du nouveau comité de travail doit avoir lieu à Alfred d’ici les prochaines semaines.