Retour

Un nouveau pas pour Hydro-Québec sur la scène internationale

Hydro-Québec a conclu un protocole d'entente avec Réseau de transport d'électricité de France (RTE) en vue d'acquisitions conjointes de réseaux de transport électrique et d'autres « actifs stratégiques ». Le document a été signé ce matin à Paris par le président-directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, et son vis-à-vis de RTE, François Brottes.

L'entente prévoit la réalisation d'« études communes » pour identifier les « opportunités d'acquisition » d'infrastructures électriques, ainsi que la mise en place de « structures » visant la commercialisation d'innovations. Aucune cible précise ni aucun échéancier ne sont toutefois identifiés.

« Il va y avoir une équipe qui va travailler là-dessus, un comité qui va faire de la vigie; on va regarder les pays qui pourraient être des candidats, qui ont besoin de faire des investissements en infrastructure ou qui veulent privatiser une partie de leurs actifs », explique le PDG d'Hydro-Québec, en entrevue à Radio-Canada.

Éric Martel souligne l'importance pour la société d'État d'avoir un partenaire en Europe, « question d'avoir accès au marché européen ».

Il s'agit d'un nouveau pas sur la scène internationale pour Hydro-Québec, qui tente de réinvestir ce créneau. L'été dernier, la société d'État avait tenté sans succès d'acquérir 49 % de RTE, mais la transaction n'avait jamais eu lieu, la France décidant finalement de ne pas vendre ses actifs à des intérêts étrangers.

Lors du dépôt de son nouveau plan stratégique le printemps dernier, Éric Martel, avait indiqué vouloir doubler les revenus de la société d'État d'ici 15 ans. Il avait alors identifié trois axes de croissance principaux : les exportations d'électricité, la commercialisation des innovations et l'achat d'infrastructures.

« Ce n'est pas une course », met toutefois en garde le grand patron d'Hydro-Québec.

Ce qui est important pour moi, c'est la qualité de l’acquisition; s'assurer qu'on va faire une acquisition qui est bonne pour Hydro-Québec.

Éric Martel, PDG d'Hydro-Québec

Active sur la scène internationale pendant plus d'une décennie, Hydro-Québec s'était départie de ses actifs à l'étranger au milieu des années 2000.