Retour

Un nouveau souffle pour l'entrepreneuriat autochtone au Manitoba

Les entrepreneurs autochtones manitobains font leur marque dans le monde des affaires, et 2017 s'annonce une année stimulante, estime la Chambre de commerce autochtone (ACC).

L'ACC, basée à Winnipeg, compte plus de 120 membres selon Damon Johnston qui est président du Conseil autochtone de Winnipeg et membre du conseil d’administration de la Chambre. « Ce sont des petites entreprises, qui représentent une vaste gamme d’activités », explique-t-il. Par exemple Winmar, consacrée à la restauration de bâtiments, ou encore la ligne de vêtements Voilà de la designer métisse Andréanne Dandeneau.

Andréanne Dandeneau, elle aussi, dit constater « beaucoup de positif » dans l’entrepreneuriat autochtone. « Je pense qu’il y a beaucoup de compagnies qui sont autochtones, métisses et qui le démontrent, qui se présentent [comme ça]. Les gens sentent plus de fierté avec leur héritage et c’est parfait, c’est ce qu’on veut. Moi j'aimerais rencontrer d’autres designers métis. »

Elle-même a fait beaucoup de chemin avec son entreprise depuis 12 ans. Cette année, elle a commencé à percer le marché américain en participant à plusieurs salons. « C’est beaucoup d’apprentissage, mais j’aime les défis [...] », dit-elle.

« J’ai trouvé ça vraiment intéressant, comment ils ont pris la collection. Ils ne connaissaient pas vraiment le tissu de [bambou] et aussi le côté autochtone : il n’y a pas [vraiment] une fierté de leur côté. Alors c’était : comment je vais leur présenter ça? »

Pour la suite, elle espère continuer à explorer les États-Unis et dans l'idéal, percer le marché européen. « On peut toujours grandir », rappelle la designer.

Reconnaissance

Cette année, Andréanne Dandeneau a par ailleurs reçu plusieurs prix, dont un pour les entrepreneurs autochtones de petites et moyennes entreprises. « C’est une grande fierté, note-t-elle. Ça me donne le courage que suis dans la bonne direction. C’est une valeur que je porte, mon héritage métis. » Ces distinctions, dit-elle, l’encouragent à continuer à créer.

En 2016, la Chambre de commerce autochtone a aussi organisé, pour la toute première fois, une soirée de remise de prix d'entrepreneuriat autochtone. La compagnie de mocassins Manitobah Mukluks, l’entreprise de recyclage Mother Earth Recycling, et Into the Blue, spécialisée en aquariums d’eau salée, étaient parmi les récipiendaires.

Au sujet d’Into the Blue plus particulièrement, Damon Johnston de la CCA se réjouit de constater le succès des deux jeunes fondateurs de l’entreprise, les frères jumeaux Derrick et Lyndon Jameson.

C’est tout ce que j'espérais : des jeunes qui ont une éducation, qui ont vu qu’ils avaient une opportunité devant eux et qui ont fait le travail nécessaire pour que ça devienne réel.

Damon Johnston, Chambre de commerce autochtone

M. Johnston dit aussi qu'il est important de développer le volet social de l'entrepreneuriat, comme l’a fait Mother Earth Recycling : « Elle a un objectif à la fois commercial et social, d’éduquer, de former et de donner une expérience [de travail] à ses employés »

Pour 2017, il s’attend à beaucoup de choses intéressantes dans l’entrepreneuriat autochtone. « Récemment, raconte-t-il, j’étais impliqué dans un atelier qui rassemblait des gouvernements et des personnes du secteur privé qui engagent la discussion avec les leaders autochtones : ça, c’est très important. »

Il ajoute qu’un des plus grands défis qui persistent pour les entrepreneurs autochtones, c’est l’accès aux capitaux, pour se lancer et poursuivre en affaires.

Plus d'articles

Commentaires