Retour

Un panneau solaire révolutionnaire fait à Sudbury

La révolution verte se fera en partie dans le Nord de l'Ontario. L'entreprise sudburoise Crystal Green Energy teste présentement en Arizona un panneau solaire quatre fois plus puissant que la normale. Le président de l'entreprise et inventeur de l'appareil, Gilles Leduc, croit que son système permettra à des communautés isolées de partout sur la planète de rester branchées.

Un texte d'Isaac Gauthier

Gilles Leduc est un bricoleur pour qui l'efficacité d'un système est primordiale. Même si son travail quotidien consiste à vendre et installer des systèmes de chauffage et de climatisation, le Sudburois s'intéresse surtout à son projet d'énergie verte. 

Système en trois temps 

Le panneau utilise trois principes de base pour maximiser l'absorption de l'énergie solaire. 

D'abord, un système de miroir dans chacune des neuf « ampoules » concentre les rayons du soleil vers quatre cellules photovoltaïques ultra-performantes, elles-mêmes inventées il y a 10 ans au Canada. Elles ont un taux d'efficacité d'environ 40 %, comparativement aux panneaux habituels, qui absorbent entre 15 et 18 % de l'énergie solaire dirigée dans leur direction. 

Cette énergie vient cependant avec un coût : de la chaleur. « Les cellules sont posées sur des plaques de cuivre. Au soleil, les plaques peuvent atteindre 100, 200 degrés Celsius », explique Gilles Leduc.

Pour ne pas perdre cette énergie « gratuite », l'inventeur a installé un système d'échange d'eau à même le panneau solaire. L'eau peut ainsi servir de source de chauffage pour un domicile ou une entreprise. 

Finalement, l'inventeur explique qu'un système de repérage permet au panneau de suivre le parcours du soleil dans le ciel. « De cette façon, on peut maintenir la captation maximale tout au long de la journée. »

Énergie partout 

Selon Gilles Leduc, son système pourrait être installé un peu partout sur la planète.

« Nous testons le panneau en Arizona pour voir comment il réagit à de hautes températures. Cet hiver, nous avons fait des tests à -35 degrés Celsius et il fonctionnait très bien. »

Les résidences devront toutefois être munies de batteries pour entreposer l'énergie solaire en période de pointe, une technologie pas encore tout à fait au point, croit l'inventeur.

Il admet aussi que même si son invention a une superficie deux fois plus petite qu'un panneau solaire normal, elle est plus chère. Cependant, la polyvalence et l'efficacité du système offrent des avantages à long terme, insiste-t-il. 

La technologie devrait être mise en vente d'ici le début de l'année prochaine. 

Plus d'articles

Commentaires