Un pont de neige relie maintenant le sentier de motoneige Trans-Québec, à l'ouest de Port-Cartier, aux villes et villages de l'est de la Côte-Nord.

Au début de la saison, le président du club de motoneige Odanak de Port-Cartier, Guy Fortin, a dû se rendre à l'évidence : le pont de bois qui est emprunté depuis une trentaine d'années par les motoneigistes pour passer par-dessus un ruisseau dans le secteur de Port-Cartier était trop endommagé pour l'utiliser.

Le club a donc pris la décision de condamner le pont pour la sécurité des motoneigistes.

La décision a été déchirante à prendre, a expliqué Guy Fortin, parce qu'il était bien conscient qu'il s'agissait d'un pont qui permettait de compléter le sentier Trans-Québec qui se rend jusqu'à Blanc-Sablon.

Chanceux dans leur malchance, les responsables du club ont pu construire un pont de neige grâce aux importantes précipitations de neige. Le pont permet aux motoneigistes de traverser le ruisseau de façon sécuritaire.

« Ça permet l'accès à l'est de la Côte-Nord, surtout pour le touriste, note Guy Fortin. Les résidents savent par où passer pour contourner ce coin-ci, mais pour le tourisme, le sentier balisé est ici. Si l'on ne pouvait pas passer par ici, on venait d'isoler le reste de la Côte-Nord du sentier Trans-Québec. »

Il ne s'agit toutefois pas d'une solution à long terme. Le pont de bois devra être remis en état, selon Guy Fortin.

« Le problème avec le pont de neige, c'est qu'on ne sait jamais, l'ouverture est aléatoire, souligne Guy Fortin. [...] C'est arrivé des hivers qu'à ce temps-ci, on n’avait à peu près pas de neige et ça prend beaucoup de neige pour faire un pont comme ça. »

Guy Fortin estime que la construction du nouveau pont coûtera plus de 250 000 $. Il espère que les travaux, qui devront être approuvés par un ingénieur, pourront être réalisés l'hiver prochain.

Le maire de Port-Cartier, Alain Thibault, s'est réjoui de cette solution de rechange. Il estime que le lien d'est en ouest amènera de nombreux touristes à Port-Cartier et dans les autres villes de l'est de la Côte-Nord, surtout quand la route blanche sera ouverte sur toute sa longueur.

Avec les informations de Laurence Royer