Retour

Un premier bateau de pêche électrique en Amérique

Une toute nouvelle entreprise de construction de bateaux de pêche de Chandler se lance le défi de développer le premier navire électrique en Amérique.

Océan marine travaille en partenariat avec Mérinov, le Technocentre éolien, Innovation maritime, ainsi que le Centre d'initiation à la recherche et d'aide au développement durable (Ciradd), pour développer son projet.

L’entreprise d'électronique maritime s'est aussi associée avec Millennium marine du Nouveau-Brunswick, un manufacturier de coque de fibre de verre. Le vice-président administration et opérations chez Océan marine, François Robert-Bossé affirme que l'entreprise a de l'ambition, pour les homardiers gaspésiens. « On aimerait beaucoup voir la flotte des homardiers de la Gaspésie passer d'une moyenne de 30 pieds à 35 pieds. »

Ça va augmenter la valeur du bateau à long terme pour ces entreprises de pêche là, ça va augmenter l'ergonomie et la santé et sécurité au travail.

François Robert Bossé, vice-président administration et opérations chez Océan marine

L'assemblage de ce prototype débutera en septembre, et celui-ci devrait être prêt en début d'année 2018, tout juste avant la saison de pêche.

Nouvelle entreprise de Chandler

Océan marine va construire des bateaux de moins de 55 pieds, ou 17 mètres de long, ce qui ne devrait pas entrer en compétition avec le chantier Forillon de Gaspé. La nouvelle entreprise permettra à une demi-douzaine de personnes de trouver de l’emploi.

Le nouveau chantier maritime compte profiter de la croissance de la pêche aux homards en Gaspésie, car les navires sont désuets et doivent être remplacés, selon François Robert Bossé, le vice-président. « C'est eux qui ont des quotas qui sont à la hausse. C'est eux qui ont un marché qui a une tendance vers la hausse. »

Les navires, présentement, sont désuets. Québec sait qu'ils sont désuets. Puis c'est des bateaux qui sont finançables par le MAPAQ.

François Robert Bossé, vice-président administration et opérations chez Océan marine

L’entreprise compte aussi profiter des activités autour du terminal maritime de la cimenterie de Port-Daniel, pour offrir ses services aux armateurs qui transporteront le ciment.

D'après les informations de Sylvie Aubut