Retour

Un premier voyage à Washington pour le premier ministre de la Saskatchewan

Le premier ministre de la Saskatchewan fera son premier voyage à Washington alors qu'une guerre commerciale avec les États-Unis est entamée.

Scott Moe a plus d'une douzaine de rencontres prévues au cours des deux prochains jours avec des responsables américains, y compris des membres de l'administration Trump, des membres du Sénat et du Congrès. Ces réunions ont été organisées avec l'aide de lobbyistes américains.

La liste comprend le secrétaire au Commerce américain, Wilbur Ross, le secrétaire à l'Agriculture, Sonny Perdue, et le secrétaire de l'Agence pour la protection de l'environnement, Scott Pruitt.

« Je vais leur rappeler l'impact [de ce conflit] sur des emplois dans notre province », a indiqué Scott Moe, la semaine dernière.

« Je veux leur rappeler toutes les activités commerciales de la Saskatchewan et les excellentes relations que nous entretenons avec plusieurs États américains », avait-il ajouté.

Ce voyage était en préparation avant la décision des États-Unis d'imposer des tarifs sur l'acier et l'aluminium du Canada, du Mexique et de l'Union européenne. Le secrétaire américain au Commerce a annoncé des tarifs de 25 % sur l'acier importé et de 10 % sur l'aluminium.

Le gouvernement Trudeau a réagi en imposant lui aussi des tarifs sur l'acier, l'aluminium, mais également sur d'autres produits, notamment les fûts de bière, le sirop d'érable et la moutarde préparée. Les nouveaux tarifs canadiens entreraient en vigueur le 1er juillet.

Scott Moe souligne que 55 % des exportations de la Saskatchewan vont aux États-Unis, alors que 85 % des importations de la province proviennent des États-Unis.

Le premier ministre a aussi insisté sur le fait qu’Evraz Steel à Regina et les 1000 emplois qui s'y trouvent sont parmi ses principales préoccupations, ainsi que la moutarde préparée, compte tenu de la production saskatchewanaise des grains de moutarde.

« Je ne pense pas qu'une guerre commerciale soit productive d'une quelconque manière », a indiqué M. Moe après l’annonce de la riposte d’Ottawa, jeudi dernier.

« Nous les soutenons [les mesures de représailles] et pensons qu'elles sont nécessaires pour le moment », a déclaré Scott Moe.

Depuis des mois, les États-Unis, le Canada et le Mexique sont en train de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain. Le conseiller économique de Donald Trump a déclaré, mardi, que le président préférerait négocier séparément avec le Canada et le Mexique.

Avec les informations d’Adam Hunter, CBC News