Retour

Un projet d'entreposage de gaz naturel en Nouvelle-Écosse encore retardé

Le projet d'entreposage de gaz naturel d'Alton Gas, près de Stewiacke, en Nouvelle-Écosse, subit un autre retard.

Mercredi, Heritage Gas, une filiale d’AltaGas, a avisé le gouvernement provincial que son installation ne sera en service qu’en 2021, un an plus tard que prévu.

Une autre filiale d’AltaGas, Alton Gas, veut se servir d’une ancienne mine de sel pour y stocker du gaz naturel. Son objectif est d’acheter du gaz en été, quand les prix sont bas, et de le revendre en hiver, quand les besoins sont plus grands et les prix plus élevés.

Une porte-parole d’Alton Gas, Lori MacLean, indique que le retard est attribuable à des complications liées à l’élimination du sel. L’entreprise doit détourner l’eau de la rivière Shubenacadie pour dissoudre le sel de l’ancienne mine. L’eau est ensuite rejetée dans la rivière.

« Quand on commence ce processus, il faut compter sur une période de deux à trois ans pour le compléter. Le nouvel échéancier reflète cette réalité », explique Lori MacLean. Le projet a connu de nombreux retards depuis son approbation environnementale, il y a dix ans.

Opposition

De nombreux environnementalistes et des membres des Premières Nations s’opposent vivement au projet. Ils craignent particulièrement la contamination de la rivière Shubenacadie.

Cheryl Maloney, de la Première Nation Sipekne'katik, est une des porte-parole des opposants. « Combien de temps peuvent-ils repousser le projet sans devoir refaire une évaluation environnementale? », se demande-t-elle.

Le ministre de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, doit rendre une décision en juin concernant une plainte de la nation Sipekne'katik. La communauté autochtone conteste l’approbation par le ministère du projet d’Alton Gas.

L’entreprise et le gouvernement de la Nouvelle-Écosse affirment qu'il est d’importance stratégique pour l’économie de la province parce qu’il permettra de réduire et de stabiliser le prix du gaz naturel. Heritage Gas promet des économies de millions de dollars aux consommateurs néo-écossais quand les installations seront en service.