Retour

Un projet de stockage d'énergie éolienne connaît du succès à l'Î.-P.-É.

Un projet de 24 millions de dollars de stockage d'énergie éolienne à North Cape, à l'Île-du-Prince-Édouard, n'aide pas seulement l'entreprise Maritime Electric à économiser de l'argent, car l'initiative pourrait changer la façon dont les ressources renouvelables sont utilisées au Canada, selon un chercheur.

L'énergie éolienne n'est pas fiable parce qu'elle est seulement disponible lorsqu'il y a du vent, mais le fait d'être en mesure de stocker l'énergie pourrait augmenter l'intérêt et l'utilisation des éoliennes.

Il y a deux ans, l'Institut de l'énergie éolienne du Canada a commencé à stocker l'électricité de ses éoliennes dans deux batteries de la taille de conteneurs.

Lors des mois les plus froids, cette énergie peut être utilisée lorsque la demande à l'Île-du-Prince-Édouard excède la quantité d'énergie fournie par Maritime Electric et Énergie Nouveau-Brunswick.

L'utilisation d'énergie éolienne signifie que Maritime Electric peut consommer moins de diesel à sa centrale de Charlottetown, selon le chercheur de l'Institut, David Watson. L'énergie éolienne peut être stockée dans les batteries plusieurs semaines.

Depuis la mi-décembre, David Watson et Maritime Electric entrent en contact tous les jours afin d'observer les vents et les prévisions météorologiques pour déterminer les pointes de consommation d'électricité.

David Watson dit ne pas savoir la quantité de diesel économisé avec le projet de l'Institut de l'énergie éolienne du Canada, mais il affirme que l'électricité stockée dans les batteries peut alimenter 600 maisons pendant deux heures. C'est moins que 1 % des clients de Maritimes Electric, mais David Watson explique que le projet se veut une façon de diminuer les coûts liés à la consommation de diesel.

Lorsque la période hivernale est terminée, David Watson explique que l'énergie est stockée pendant la nuit. L'énergie est ensuite utilisée à un autre moment de la journée, lorsque la demande en électricité augmente.

« Nous rechargeons les batteries de 1 h à environ 5 h ou 6 h du matin et nous utilisons l'énergie pendant les heures de pointe, à 17 h et 19 h, lorsque tout le monde rentre à la maison pour préparer le souper », explique David Watson.

Plus de projets à venir

Actuellement, 25 % de l'électricité utilisée à l'Île-du-Prince-Édouard provient de sources d'énergie renouvelable, principalement du vent. Avoir la capacité de stocker l'énergie éolienne permettrait de rendre ce pourcentage encore plus important.

David Watson croit qu'il faudra encore cinq à dix ans avant que l'énergie éolienne ait une place considérable au sein du paysage énergétique canadien. Il dit qu'il y aura encore plusieurs projets d'essai avant que les coûts de stockage d'énergie éolienne chutent et que la technologie des batteries s'améliore.

Maritime Electric affirme être enthousiaste par rapport au projet de cinq ans de l'Institut d'énergie éolienne, mais dit être toujours en train d'évaluer le potentiel de l'initiative.