Retour

Un réfugié syrien lance un service de coiffure mobile à Moncton

Le réfugié syrien Siwar Jneid, qui est arrivé à Moncton en février 2016, vient de lancer un service de coiffure à domicile.

Un texte de Gabriel Garon

Originaire de Damas, il est arrivé au Canada seul, avec une petite connaissance de la langue anglaise, mais une grande connaissance du métier de styliste.

Son rêve : ouvrir un salon de coiffure dans sa nouvelle ville, Moncton.

Dès ses premières semaines au Nouveau-Brunswick, Siwar a consacré beaucoup de temps à l'apprentissage de l'anglais pour pouvoir obtenir sa certification. Après trois tentatives, il a réussi l'examen et peut maintenant exercer la coiffure.

Siwar a travaillé pendant plus de 8 ans sur les plus grands plateaux de tournage et avec les plus grandes vedettes du Moyen-Orient.

« Il a travaillé en Syrie dans l'industrie du film. Il a fait du maquillage, de la mode, de la coiffure. C'est vraiment un artiste », souligne Daniela Fernandez, agente de liaison pour l'Association multiculturelle du Grand Moncton, qui voit en Siwar un jeune homme déterminé et passionné.

« En arrivant, il a dû faire du bénévolat. Il coupait les cheveux de ses amis pour ne pas être trop rouillé », explique son ami Jesse Kerpan, qui l'a beaucoup aidé dans son intégration.

Maintenant, Siwar peut vivre de sa passion puisqu'il lance son service de coiffure mobile. Il se déplace directement chez ses nombreux clients.

Il continue d'apprendre l'anglais en discutant avec ses clients qui le contactent sur sa page Facebook « Style by Siwar ».

« Ce n'est pas juste un service, il a de l'expérience. Il a un grand sourire d'oreille à oreille. C'est incroyable. Il te fait sentir bien. Ce n'est pas juste de coiffer les cheveux, il remplit l'espace avec sa personnalité », ajoute Jesse Kerpan.

L'Association multiculturelle de Moncton souligne la persévérance de Siwar. « Je pense que ça va donner de l'espoir pour les réfugiés et d'autres nouveaux arrivants de voir que c'est possible de réussir ici dans la communauté », ajoute Daniela Fernandez.

Plus d'articles

Commentaires