Retour

Un tweet de Trump inquiète les producteurs laitiers de la Saskatchewan

Le président américain, Donald Trump, a récemment critiqué le Canada pour ses tarifs douaniers sur les produits laitiers, ses quotas et ses prix fixes : des mesures qui existent depuis des années, selon l'industrie laitière de la Saskatchewan.

« Nous ne savons vraiment pas pourquoi cela est si difficile à comprendre pour lui », a déclaré Joy Smith, responsable des communications chez SaskMilk, qui représente les producteurs laitiers de la Saskatchewan.

Elle ajoute que contrairement aux nouveaux tarifs américains de 25 % sur l'acier et l'aluminium au Canada, les tarifs canadiens actuels sur les produits laitiers sont légaux et respectent tous les accords commerciaux internationaux signés par Ottawa.

Dans son tweet, Donald Trump a reproché au premier ministre canadien d'avoir été docile pendant le sommet, puis d'avoir critiqué les tarifs douaniers américains sur l'acier et l'aluminium après son départ du G7. « Très malhonnête et faible. Nos tarifs sont en réponse à ses 270 % sur les produits laitiers » a-t-il écrit.

« Il y a beaucoup de haine et beaucoup de négativité [des Américains] à l'égard des [producteurs laitiers canadiens] en ce moment et je ne pense pas que ce soit juste », souligne Joy Smith.

SaskMilk indique que 4800 emplois en Saskatchewan dépendent directement des laiteries et de la transformation des produits laitiers, ce qui représente une contribution annuelle de 430 millions de dollars dans les coffres de la province.

Contrairement à leurs homologues canadiens, les producteurs laitiers américains reçoivent des subventions de 3 milliards de dollars chaque année, a ajouté Mme Smith. Le Canada a également interdit l'utilisation d'hormones de croissance chez les vaches laitières, alors que leur utilisation est autorisée au sud de la frontière.

« Si le Canada se débarrassait des quotas et des tarifs douaniers sur les importations demain matin, vous verriez l'effondrement complet d'un secteur », explique Sylvain Charlebois, professeur spécialisé sur les politiques et la distribution alimentaire à l'Université de Dalhousie. « La plupart des fermes laitières au Canada ne survivraient pas », ajoute-t-il.

Joy Smith soutient que le nombre de fermes laitières seulement dans l’état du Wisconsin dépasse le nombre de fermes laitières au Canada.

« Ils pourraient inonder l'ensemble de notre marché, déplacer tous nos agriculteurs canadiens et le lait canadien et cela ne résoudrait toujours pas leur problème de surproduction », déclare-t-elle.

La Saskatchewan compte actuellement 165 fermes laitières, qui appartiennent toutes à des familles, selon SaskMilk.

Joy Smith a indiqué que le Canada a réussi à négocier des accords commerciaux avec 44 pays sans renoncer à la gestion de l'offre. « Tous les pays ont des zones sensibles qu'ils protègent avec des tarifs ou des subventions, nous ne sommes pas uniques », conclut-elle.

Plus d'articles